Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 17:28

La grève d'hier fut un beau succès, malgré de piètres tentatives de décridibilisation des médias. Rappelons les chiffres :

A la SNCF, 73.5% de gréviste, soit plus qu'au plus fort de la "grande grève" de 1995 (67%), et des mobilisation également très forte à la RATP (54%) et dans une moindre mesure à EDF-GDF (40%).

 Les médias ont voulu décridibiliser la grève en mettant l'accent sur le "faible" score de la manifestation parisienne, entre 7 300 selon la police (irréaliste pour tous ceux qui y étaient) et 50 000 selon les organisateurs (sans doute un peu exagéré). Mais le véritable chiffre à prendre en compte est celui de l'ensemble des manifestants sur toute la france, 150 000 selon la police, 300 000 selon les syndicats. Si on estime le "véritable" chiffre à mi chemin entre les deux, ça fait 225 000. Comparons ce chiffre aux bénéficiaires des régimes spéciaux : 160 000 à EDF et à la SNCF, 50 000 à GDF, 40 000 à la RATP, c'est à dire 410 00. En déduisant quelques dizaines de milliers de manifestants venu de  la fonction publique, de l'enseignement et de régimes spéciaux particuliers comme l'opéra de Paris, on est quand même à pratiquement un salarié sur deux des entreprises concernés dans la rue. C'est un chiffre tout aussi exceptionnel que celui de la participation à la grève.

La grève fut une réussite indéniable, mais comment en tirer un bénéfice ?

Si au regard de la situation du privé et de la détermination des pouvoirs publics, il parait illusoire d'espérer voir le gouvernement céder sur le maintien à 37.5 annuité, quelles revendications peut-elle être portée qui amènerait à une victoire des syndicats et à un coût d'arrêt de la politique gouvernementale ? Voici mes propositions :

a) Engagement de l’état à ne pas passer la durée de cotisation à 41, voir 42 ans en 2008, pour le public comme pour le privé.
b) Reconnaissance, métier par métier dans chaque entreprise de la pénibilité du travail, pour le public, comme pour le privé. (voir article de mon blog à ce sujet)
c) Compensation de la perte d’un avantage par des mesures d’accompagnements : augmentation des salaires, prise en compte des primes dans le calcul de la pension, aide de l’entreprise au rachat des années d’études, aménagement des postes en fin de carrière…

Partager cet article

Repost 0
Published by Pingouin094 - dans Régimes spéciaux
commenter cet article

commentaires