Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 16:50

1zeMai.jpgNicolas Sarkozy a déclaré vouloir organisé une contre-manifestation le 1er mai pour fêter le « vrai travail », de « ceux qui travaillent dur », sous entendu explicité par son ministre Bruno Lemaire, par opposition à « ceux qui vivent des revenus de l’assistance ». Ce faisant, pour attirer à lui les électeurs du Front National, Nicolas Sarkozy puise dans les mesures symboliques… du Maréchal Pétain !

Pour tout ceux qui ont oublié pourquoi le 1er mai est un jour férié et pourquoi « fête du travail » le décrit si mal, un petit cours d’histoire s’impose.

Aux origines, le 1er mai, jour de lutte pour la semaine de 8 heures

La IIème Internationale socialiste décide le 20 juillet 1889 de faire de chaque 1er mai une journée internationale de grève et de manifestation pour réclamer la journée de 8 heures.

La date n’est pas choisie au hasard. Au cours de leurs congrès de 1884, les syndicats américains avaient déjà choisi cette date pour réclamer la journée de 8 heures. Le 1er mai 1886, 200 000 travailleurs américains gagnent ainsi la journée de 8 heures dans des accords avec le patronat. Une grève générale s’ensuit dans les entreprises qui n’ont pas ratifiés l’accord. Le 3 mai, la police de Chicago ouvre le feu pour disperser une manifestation, tuant 3 ouvriers.

Le 1er mai 1891, à Fourmies en France, la troupe ouvre à nouveau le feu pour disperser une manifestation. Neufs ouvriers français trouveront la mort, des dizaines d’autres seront blessés. Le traumatisme de ce massacre dans le monde ouvrier est énorme, et ancrera définitivement la tradition du 1er mai dans l’histoire du mouvement ouvrier.

La russie bolchévique sera le premier état à reconnaître le 1er mai comme un jour ferié, « fête des travailleurs » en 1920 et sera progressivement suivi par de nombreux états (le cas américain est très spécifique, cf. wikipedia pour ceux que ça intéresse).

Le 1er mai en France,

Lorsque le sénat de la IIIème république ratifie la journée de 8 heures, le 23 avril 1919, il décide de faire ponctuellement du 1er mai 1919 une journée fériée. Les 1er mai suivant seront à nouveaux des journées de grèves et de manifestations du mouvement ouvrier français.

C’est le Maréchal Pétain qui instaure le 1er mai comme « Fête du Travail » et le rend férié.

A la Libération, le 1er mai redevient une journée d’action du mouvement syndical, mais reste férié.

La gauche et le mouvement syndical ont toujours rejeté le terme de « Fête du Travail », lui préférant le terme de « Fête des Travailleurs », mais l’appellation du Maréchal Pétain est restée.

Et Nicolas Sarkozy dans tout ça ?

En voulant fêter le « vrai travail », Nicolas Sarkozy renoue avec la version de la « Fête du Travail » du Maréchal Pétain. En ce sens, il n’est pas exagéré de dire que c’est une mesure à la symbolique fasciste. A vouloir attirer à lui les électeurs du FN, Nicolas Sarkozy risque surtout de faire un pas de plus dans les aspects les plus nauséabonds de la droite dure pour ne pas dire extrême en France.

Certes, il y’a dans cette annonce de la manœuvre électorale ; la volonté de ne pas laisser la rue à ses adversaires politiques à l’occasion du 1er mai. C’est ainsi que le FN fête Jeanne d’Arc le 1er mai également. Mais il y’a des symboles qui pèsent lourds et ne sont pas innocents… Le FN sait ce qu’il fait en voulant contester aux syndicats le 1er mai, Nicolas Sarkozy aussi…

Le 1er mai est d’abord et avant tout une journée de commémoration et d’action du mouvement ouvrier et syndical ! Tous dans la rue le 1er mai sous les banderoles syndicales.

Partager cet article

Repost 0

commentaires