Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 17:10

Ce mardi 20 octobre, les 3 fédérations syndicales représentatives à la SNCF appellent à une journée de grève (cf. préavis CGT) concernant notamment la réforme du Fret. Je ne participerais pas à cette action, non que j’en désapprouve le motif, mais parce que je considère que la manière dont elle est organisée est contre-productive.

 

Le 16 septembre, la CGT appelait à un rassemblement au Bourget pour dénoncer la réforme du Fret, rassemblement organisé sans appel à la grève pour ce jour là. Au travail ce jour là, je n’ai pas pu m’y rendre ; mon cas ne devait pas être isolé puisque seulement 5000 cheminots (selon les estimations les plus optimistes) ont participé à ce rassemblement. Un nombre certes non-négligeable mais tout à fait insuffisant pour faire fléchir la direction.

 

Aujourd’hui, les trois organisations représentatives appellent à la grève, mais sans appeler à une manifestation. La seule visibilité de la grève sera donc le nombre de trains ne circulant pas et la frustration des usagers qui s’en suivra. Un cortège devant le siège de la SNCF aurait été un meilleur message.

 

Un jour, on appelle à une manifestation sans appeler à la grève, le jour suivant, on appelle à la grève sans appeler à manifester. Ce type de « mobilisation » divise les forces, cela épuise et décourage les militants syndicaux dans des mobilisations qu’on sait d’avance infructueuses.

Plus encore, cela ne peut pas conduire à établir un rapport de force favorable vis-à-vis de la direction. Au contraire, la faiblesse prévisible de ces deux mobilisations consécutives constituera bien plutôt une preuve que les syndicats ne sont pas dans la capacité de s’opposer aux réformes voulues par la direction. C’est « tendre le bâton pour se faire battre », c’est mettre les cheminots en difficulté.

 

Il en va de même de la journée de mobilisation interprofessionnelle du 22 octobre pour la défense de l’industrie. Les syndicats de cheminots ont fait le choix de se mobiliser sur leurs revendications propres deux jours avant la journée interprofessionnelle. Sans appel à la grève, on voit mal qui, à la SNCF comme dans les entreprises du secteur privé, se rendra à la manifestation du 22 octobre. On peut d’ores et déjà dire que ce sera un échec, et en tout les cas rien de comparable avec les grandes manifestations du printemps. Le gouvernement pourra prendre acte du fait que les syndicats sont dans l’incapacité de mobiliser aussi massivement qu’au printemps, qu’il a donc gagné l’épreuve de force et qu’il pourra continuer ses réformes.

 

En organisant la dispersion du mouvement syndical, en épuisant les militants les plus motivés dans des actions perdues d’avance, les syndicats font le jeu du patronat et du gouvernement. Pourquoi ? C’est un tout autre débat dont je n’ai pas la prétention d’avoir les clés ; le constat à lui seul est suffisamment amer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent MELY - dans Mouvement social
commenter cet article

commentaires

Laurent M 12/02/2010 11:42


Bonjour,un 'ti couac pour la couleur du texte que je souhaitais bleue,dommâge

Enfin,en ce qui me concerne,je pense que le vote blanc massif est le seul moyen jusqu'à mainenant inexploité pour mettre un terme à la Vème"républicskaïa Monar-chic (blinq-pizza*) Bananière
française...". Voter pour x, y, z, alpha ou béta apporte-il quoique ce soit ? Idem pour l'abstention massif contre la loi électoral et non dénoncé par l"opposition lorsqu'une "élection" devrait
être invalidée (Exs: Bordeaux,Nice, et certainement ailleurs, je peux le supposer)

Pourquoi n'appelez-vous pas à ceci ? Vu vos entrées dans les "médias"...?

L'objectif étant de bâtir une VIème R.F., participative directe sous contrôle des citoyen(ne)s, fédérale ? Ce serait @ décider, ENSEMBLE, par vote électronique cf.Estonie, un des derniers pays,
sorti du glacis Soviétique, pour intégrer une "U.E." devenue anti-démocratique par anéantissement des résultats du référendum et adoption d'un ersatz de "t.c.€.". @ vous de voir si vous entendez
conforter ce système de M.... à la C.., ou non ? @+, chaleureuses salutations, Lol

.....


Le reboursier 23/10/2009 21:19



Une Cde m’a fait part de son indignation,que je partage,à la lecture d’un article paru sur le blog de Laurent MELY,militant du PCF et conseiller municipal à CHOISY LE ROI.


Article intitulé : "CHEMINOT,JE NE FERAI PAS GREVE LE 20 OCTOBRE."


Et puis,suivent des "explications"qui seraient extrêmement dangeureuses si le ridicule tuait.


Outre le fait d’insulter les cheminots qui luttent,c’est discréditer le PCF,qui n’a pas besoin de "ça".


Camar....pardon.....MONSIEUR,


Mr. l’ingénieur de la SNCF,militant "communiste" !?,conseiller municipal à CHOISY LE ROI, Blog : http://pensees-politiques.over-blog.net/


Je suis communiste,et vous demande d’arrêter de penser.Ou alors allez penser ailleurs qu’au PCF.


Votre article met en exergue vos recettes de "COMMENT FAIRE....POUR NE RIEN FAIRE !"


Lorsqu’il y a une grève vous ne la faites pas,parcequ’il n’y a pas de manif.


Lorsqu’il y a une manif,vous n’y participez pas,parcequ’il n’y a pas grève.


Juste une parenthèse concernant le rassemblement du 16 Septembre au BOURGET(auquel vous n’avez pas participé car il n’y avait pas d’appel à la grève).


A toutes fins utiles,je vous conseille de contacter Pierre TRAPIER, cheminot,militant PCF,maire DE PORTES LES VALENCES,qui lui, a fait le déplacement au BOURGET et qui lors de son intervention
s’est mis à la disposition des cheminots et des usagers,pour défendre la SNCF et le service public.


Il serait intéressant de connaitre votre engagement syndical (s’il existe)


Je ne vous salue pas.


LE REBOURSIER



Laurent MELY 24/10/2009 09:39


Tu me diras comment faire pour aller à un rassemblent lorsqu'il n'y a pas d'appel à la grève. Imagines une équipe de 10 conducteurs de train, dont un syndicaliste. Il y'a un appel à manifester,
sans grève.
 Le syndicaliste pose un jour de congé, son chef lui donnera sans problème et il pourra aller à la manifestation.
 Maintenant, imaginons que la manifestation soit populaire et que sur les 10, 7 conducteurs demandent à poser un jour de congé. Tu crois qu'ils pourront aller en manif ? Bien sûr que non...
Leur chef refusera de donner les jours de congés, pour que les trains continuent à circuler.
 Par définition, un rassemblement sans appelà la grève ne peut pas rassembler plus de monde que le nombre de cheminots que la direction est prête à laisser partir en congé. Et dans une
entreprise qui a une obligation de continuité de service, ça fait pas beaucoup.

Ensuite, personnellement, je considère que ce qui insulte les cheminots qui lutte, ce n'est pas mon blog, c'est une directions syndicale qui les envoie au casse pipe dans le seul but de préparer
son congrès !
 Les "cheminots qui luttent" ont perdu une journée de salaire. Pourquoi ? Pour rien ! 1/4 de cheminots en grève, c'est un échec... prévisible, c'était la conclusion de mon blog. La direction
de la CGT a fait perdre une journée de salaire aux "cheminots en lutte" avec pour seule conséquence d'avoir donné une preuve de son incapacité à mobiliser en masse à la direction. Celle-ci en
ressort renforcé.
 La direction de la CGT a fait perdre aux "cheminots en lutte" une journée de salaire seulement dans le but de donner des gages à ses "durs" lors du congrès : vous voyez bien qu'on essaye de
mobiliser, mais ce sont les cheminots qui ne suivent pas !
 Et en dénonçant cela, c'est moi qui insulte ? Je ne le pense pas.

 Je pense qu'avec une méthode, on aurait pu mieux et plus mobiliser. Et je pense que notre direction syndicale démobilise volontairement les cheminots, et je le dénonce. Et ce n'est pas
insulter les cheminots que de dire cela, c'est au contraire les respecter !

 Enfin, être "ingénieur" et donc par voie de conséquence "cadre" à la SNCF n'est en rien incompatible avec le fait d'être communiste. Il me semble que nous ne sommes plus au temps du
stalinisme et où le fait d'être fils de bourgeois était en soi un crime. Est ce que je me trompe, et faut il prouvé avoir bien ses quartiers de prolétaires, comme autrefois certains devaient
prouver leurs quartiers de noblesse pour être adhérent au PCF ?


dolher 23/10/2009 18:42


lamentable pour un élu communiste.vous êtes rendus bien bas, ce n'est pas étonnant que l'on ne vote pas pour vous.tous les prétextes pour ne pas faire grève sont bons, en vous lisant j'ai
l'impression que vous fêtes le jeu des cheminots qui ne veulent plus lutter.tu t'es "embourgeoisé"semi-camarade, tu devrais revoir
tes classiques et soutenir les cheminots en grève.


Laurent MELY 24/10/2009 09:28


Et toi, tu devrais réfléchir deux minutes :

 A un mois du congrès de la CGT, la fédération cheminot appelle à une journée de grève qui est un échec prévisible (et le sera d'ailleurs, 23,75% de gréviste).

 La première conséquence de cette grève est d'avoir renforcée la direction : Cette grève a démontrée que les syndicats ne pouvaient pas mobiliser pour défendre le Fret. A l'issue de cette
journée qui ne lui aura pas couté grand chose, la direction sort renforcée, avec un "blanc seing" pour continer ! Bravo la CGT, et merci !

 La deuxième conséquence, c'est que ça aura "occupé" les syndicalistes CGT. Comme ça, dans un mois, au congrès, ils ne pourront pas dire que leur direction prend un virage "réformiste". La
preuve, elle a appelé à la grève !

 Sauf qu'elle a appelé à une grève perdue d'avance, qui fera plutôt le jeu du camp "réformiste" : puisque la grève a prouvé qu'on est pas assez fort, mieux vaut négocier que lutter.

 Donc, oui, je me permet d'avoir une capacité d'analyse et de dire "non" quand la direction syndicale m'emmène dans ce qui est clairement une impasse et pire encore, une manoeuvre en vue
de se positionner pour son congrès.

 Désolé de ne pas être, bien que communiste, stalinien, de ne pas obéir au centralisme démocratique et d'avoir encore une capacité d'analyse et de critique des décisions des directions
syndicales ou politiques des organisations auxquelles j'appartiens.
 Et quand elles sont dans l'erreur, je le dis !

 PS : Il me semble que le Front de Gauche est arrivée en tête des listes de la gauche radicale aux dernières élections, pour le "plus personne ne vote pour vous", et que le score du PCF
aux élections municipales fut lui aussi bien meilleure qu'aux présidentielles.
 Essaye de te livrer à un exercice d'analyse, plutôt que de vindicte, et peut être verras tu les choses autrement ! 


manifestant en colère 23/10/2009 14:50


"Camarade", tes arguties pour ne pas faire grève ni manifester c'est de la bouffonerie en branche.

Je fais grève à chaque manifestation, et je ne suis pas cheminot mais soignant et j'ai pas besoin que ma fédération ni THIBAULT me disent de faire grève; on le décide en AG je le fais pour défendre
ma branche, mes intérêts et par solidarité avec mes camarades.

Meême quand je ne suis pas d'accord avec ces jours de grève/manifs éparpillées que tu dénonces justement.Et même en me battant contre telle ou telle "direction". Moi aussi je rêve de la grève
générale et d'un retour de 1995 ou 1968 mais c'est pas en restant planqué que ça va marché!

Ta "solution" qui ressemble à la "grève de la grève" des gauchos n'en est pas une et tu te fourvoies énorémement. C'est une énorme différence entre toi et ce genre de critiques, et les actions d'un
"Front syndical de classe" par exemple qui critique certes MAIS AU MOINS prends ces responsabilités et continue l'action. Toi tu as baissés les bras manifestement ou tu as perdu ta boussole. Dans
les deux cas Reprend toi ou change de camp!


Laurent MELY 24/10/2009 09:20


Déjà, un point "technique" de droit : la SNCF est divisée en branche, en établissement... Selon le droit du travail, un syndicat ne peut appeler à la grève que sur unpérimètre le concernant
directement.
 Mon syndicat local ne peut appeler à la grève que sur des revendications de mon établissement, le syndicat au niveau de ma branche que sur des revendications concernant la branche. Seule la
fédération Cheminot CGT peut appeler l'ensemble des cheminots à la grève. En tant que cheminot à l'infrastructure, le syndicat de mon établissement NE PEUX PAS appeler à la grève pour défendre le
fret, quand bien même on le déciderait en AG.
 Seule la fédération en a le droit.
 Donc, je ne peux pas faire grève si la fédération cheminot CGT n'appelle pas à la grève, et je ne peux donc pas me rendre en manif si je n'ai pas l'autorisation de mon supérieur hiérarchique
pour poser un jour de congé ce jour là ! Ca pose un sérieux problème de méthode, non ?

 Par ailleurs, je ne dis pas que ne pas faire grève est une solution. Je dis seulement que perdre une journée de salaire pour une bataille perdue d'avance, une bataille qui plus est dont
l'issue ne fera que renforcer la direction.
 Je dis que je préfère garder mon energie - et mes économies qui ne sont pas infinies - pour le jour où faire grève sera utile et efficace !

 Je ne suis pas un soldat qui obéit aux ordres d'aller faire grève ou de manifester sans réfléchir. Je suis capable d'analyse, et lorsque mon analyse me fait dire que la direction syndicale
"nous envoie au casse pipe", je dit "ce sera sans moi".

 Les faits m'ont d'ailleurs donné raison : Moins d'un cheminot sur trois en grève, plus de deux RER sur trois circulaient en région parisienne. La grève n'aura servie qu'à montrer à la
direction que les syndicats n'ont aucune force en réserve pour s'opposer et donc qu'elle peut continuer ses réformes !


Astrée 20/10/2009 22:29


salut,
j'ai mis ton article sur Réveil communiste
Fraternellement
Astrée