Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 20:54

Le Front de Gauche ne sera pas « un simple coup électoral » avons-nous dit pendant la campagne des élections européennes. L’échéance est passée, le « coup électoral » avec lui, plutôt réussit (cf. article précédent). Quelle suite allons nous lui donner ?

 

Dans une récente déclaration (l’Humanité) M.G Buffet incite à « poursuivre la dynamique unitaire » et déclare que le Front de Gauche « n’a pas de frontières » et « n’entend pas se cantonner à incarner la gauche de la gauche ». Elle lance également un appel aux « électeurs et militants du NPA et du PS».

 

Le Front de Gauche n’a-t-il « pas de frontière » ? Pour moi, il existe pourtant une frontière au sein de la gauche : le capitalisme.

En 2005, le Parti Socialiste s’est majoritairement et sans ambiguïté prononcé en faveur du Traité Constitutionnel Européen et de son fameux article trois prônant l’économie sociale de marché. Une position qu’il a conforté en inscrivant « l’économie sociale et écologique de marché » dans sa déclaration de principe (article 6) lors du congrès de Reims en 2008.

Le Parti Communiste, comme le NPA ou Lutte Ouvrière se réclament d’un autre projet de société, anticapitaliste, et inspiré du communisme au moins tel que Marx l’a décrit. Dans leur appel à former le Parti de Gauche, JL Mélenchon et M Dolez appelaient eux aussi à « tourner la page du capitalisme ».

Entre le PS d’un côté, le PCF, le PG, le NPA et LO de l’autre, il existe bien deux projets de sociétés différents et une frontière : le capitalisme.

 

Dès lors, l’expression politiquement correcte « gauche de la gauche » est trompeuse. A mes yeux, le Front de Gauche n’a pas vocation à rassembler ceux qui seraient vraiment à gauche par opposition à une partie du PS qui se serait rallié au centre-gauche et écouterait le chant des sirènes du Modem. Le Front de Gauche a vocation à rassembler la gauche anticapitaliste.

 

Oui, le Front de Gauche a une frontière. Cette frontière, c’est le capitalisme. Le Front de Gauche entend incarner la gauche anticapitaliste. Du moins, c’est pour cette idée du Front de Gauche que je me bats. Les militants et électeurs du NPA et de LO s'y reconnaîtront sans aucun doute. Certains électeurs du PS, des Verts du MRC et d’ailleurs s’y reconnaîtront peut être aussi. Beaucoup l’ont déjà fait en rejoignant JL. Mélenchon et M. Dolez au sein du Parti de Gauche ou de République et Socialisme au sein du MRC. Si d’autres électeurs et militants de quelques partis qu’ils viennent se reconnaissent dans la rupture avec le capitalisme, ils sont naturellement les bienvenus au sein du Front de Gauche.

 

Quant au PS en tant que parti, JL Mélenchon a déclaré en le quittant « ça suffit comme ça ! » (déclaration complète) et ce ne sont pas les derniers propos d’Emmanuel Walls (Le monde) préconisant d’abandonner le mot « socialisme » qui lui donneront tord.

Quelle suite à donner au Front de Gauche ? Le rassemblement de toute la gauche anticapitaliste !

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent MELY - dans Elections Européennes
commenter cet article

commentaires

roche Jean-charles 03/07/2009 13:59

Je voulais dire PCF-NPA-parti de gauche (excusez moi pour l'erreur )

Laurent MELY 03/07/2009 18:35



Je me disais bien aussi...



roche jean-charles 03/07/2009 13:08

Et bien je crains bien malheureusement que ça se fera sans vous. Quand on regarde certaines déclarations du coté de pcf, on voit bien que le partis est loin d'abandonner ses vieilles alliances avec le PS. Pour ne prendre qu'un exemple celui de Roland Muzeau qui dit clairement que si le NPA veut entrer dans le front de gauche il faudra qu'il change sa position vis à vis du PS."Puis pour reprendre l'exemple cité au dessus, à Henin beaumont, le pcf a fait liste commune aussi avec le MODEM. Je vais vous poser une question simple Laurent. Mais la crédibilité d'un front se fait-elle sur le plan nationale ou local. Je m'explique, les militants voyant que dans leur région, le pcf se met avec le modem, plutot que le NPA par exemple ne voit-il pas la une trahison et donc par la même occasion, ne perdent-ils pas confiance dans le parti en général?De plus une  invitation à crée une liste commune à gauche avait était envoyé au PCF. Donc moi je suis pour un front de gauche mais sans le ps et sans le MODEM (chose qui est encore plus logique). Ne faut-il pas suivre simplement l'éxemple d'aix en provence qui présente une liste pcf-MODEM-parti de gauche?

Laurent MELY 03/07/2009 18:35


Sur le fond, je suis entièrement d'accord.

Sur l'avenir, je garde encore un espoir.

 Au sein du NPA, la direction du NPA qui suit la ligne de Besancenot a été soumise à une forte pression de sa base, qui ont finalement amené un certain revirement du NPA. Non seulement le NPA
accepte le principe de "battre la droite", ce qui implique des accords de second tour avec le PS, mais en plus, il accepte que la question d'une éventuelle participationsde ses partenaires (PG,
PCF) à d'éventuels executifs avec le PS soit un sujet de discussion et non pas un "cassus belli".
C'est un fléchissement de la position du NPA, dû à la pression de la base.

 Le PCF va être soumis aux mêmes types de pressions, de sa propre  base, et du PG. En publiant une déclaration commune avec le NPA, le PG "force la main" du PCF et le met devant un fait
accompli. Résister à la pression de sa base et expliquer que le PCF n'arrive pas à trouver un accord avec le NPA, alors que le PG y arrive ne sera pas facile pour la direction du PCF.
 J'ai donc l'espoir que comme le NPA a fait un bout du chemin, le PCF en fasse aussi un, tous deux sous la pression militante.

 L'avenir nous dira qui a raison, en attendant, je fais ma part du boulot : entretenir la pression sur la direction du PCF à mon niveau.


Stéphane 30/06/2009 14:25

Je veux bien croire ce que dit MGB, mais pourquoi lors des élections à Perpignan, Hénin Beaumont et Mantes n'y-a-t-il pas eu de Front de Gauche large (NPA- LO en +)?Voir pire ce retrouver sur une liste avec le MODEM à Perpignan il me semble, là j'ai du mal à comprendre la direction du PCF. Jusqu'où iront-ils ? Je pense que pour les régionales c'est plier, le PCF ira sur les listes PS.Il nous restera à recréer un Front de gauche avec ceux qui sont vraiment pour laisser le PS tout seul dans son caca. Et faire un bon score ensemble au régionales pour leur dire qu'ils ne sont plus les seuls à pouvoir prendre le pouvoir.Fraternellement. 

Laurent MELY 30/06/2009 15:06


Je partage tes inquiétudes, c'est d'ailleurs tout le sens de mon article.

Néanmoins, je ne pense pas pour autant que "c'est plié". Après avoir fait la campagne du Front de Gauche en se proposant de réunir les forces du "Non" au TCE, et en fustigeant la sociale-démocratie
dont le score fut même qualifié d'échec, il faudra un sacré tour de passe-passe pour que le PCF effectue un retournement de veste complet et s'allie à un parti social démocratie tenant du "oui" au
TCE, même pour des régionales.
Convaincre les camarades d'une telle chose ne sera pas aisée pour ceux qui défendent cette option, surtout si certains combattent cette option de l'intérieur.

Nous verrons bien, mais pour l'instant, je préfère continuer à espérer et à lutter de l'intérieur pour les options que je croient bonnes.

Ensuite, si le PCF prend un autre chemin, chacun en tirera les conséquences pour lui même. Pour moi, c'est clair, ce sera sans moi !


anna 25/06/2009 23:22

Totalement d'accord avec vous: la frontière du front de gauche et encore plus le commentaire sur l'Iran et le fait que les ennemis de nos ennemis ne sont pas nos amis. Si tous les communistes vous ressemblent le Front de Gauche est bien parti.

Laurent MELY 26/06/2009 14:09



Merci