Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 20:28

Plus de 2.1 millions de personnes ont participé à la « votation citoyenne » sur l’avenir de la Poste. Ce type de consultation est inédite, tant dans sa forme que par son ampleur. Cette première réussite du mouvement de défense de la Poste peut et doit nous amener à réfléchir aux formes futures de la mobilisation sociale.

 

Nombreux sont ceux, et moi le premier, qui regardent en direction des pays où la gauche anticapitaliste rencontre des succès. Le MAS en Bolivie, Die Linke en Allemagne… Pouvons nous nous inspirer de ces modèles ? Sans doute en partie… Mais aucun de ces modèles ne peut être importé directement en France, tous s’appuient sur des spécificités historiques de leurs pays : mouvement indigène en Bolivie, ex-communistes dans l’ex-RDA en Allemagne. Et pour la France ?

 

Le succès de la votation citoyenne sur la Poste, comme le succès initial des grandes manifestations du premier semestre est dû à l’unité ; de tous les syndicats pour les manifestations du printemps ; des 62 organisations, associations syndicats et partis politiques réunis dans le comité de défense de la Poste pour la votation citoyenne. L’appel et l’aspiration à une très large unité me semblent être un facteur essentiel pour susciter la confiance, l’adhésion et l’engouement, en France comme ailleurs.

 

On a pu voir ici ou là des individus isolés s’auto-organiser lors de cette votation, en téléchargeant le matériel de vote sur Internet et en installant leur propre lieu de votation. Ces initiatives individuelles sont un élément de plus démontrant le succès d’une large mobilisation unitaire.

 

 Néanmoins, ce sont les partis politiques majeurs (PS, PCF, NPA) qui ont organisé l’essentiel de la logistique de la votation et qui ont fourni l’essentiel des militants pour tenir les « bureaux de votes ».  A l’inverse, lorsqu’à la recherche d’une candidature unique antilibérale pour la présidentielle de 2007, les comités antilibéraux ont demandé aux organisations de se renier (PCF et LCR à l’époque), ce fut un échec.

 

Ces faits nous indiquent une piste. Comme partout ailleurs, de Die Linke en Allemagne au MAS Bolivien en passant par l’Equateur, le Venezuela… c’est l’unité qui donne un élan à la mobilisation. Et dans l’histoire spécifique de la France, les organisations politiques et syndicales « historiques » sont des éléments incontournables. Elles seules ont la dimension symbolique qui concrétise cette unité, elles seules ont la force logistique et militante pour mettre en œuvre un mouvement. C’est le symbole de la CFDT, FO et la CGT appelant ensemble à la grève qui a mis les salariés dans la rue. Ce sont les dizaines de milliers de militants du NPA, du PCF et du PS qui ont permis de tenir le même jour prêt de 10 000 points de votes dans toutes la France.

 

L’unité de la gauche anticapitaliste est nécessaire. Ce que les récents événements nous enseignent, c’est qu’elle doit passer par la continuité et l’alliance des organisations existantes et non leur hypothétique « dépassement ». C’est le sens du « Front de Gauche » initié par le PCF et le PG, une démarche qui doit continuer.

 

Pourtant, cette très grande mobilisation ne doit pas être sans lendemain, comme le furent les grèves du premier semestre. Aujourd’hui, l’organisation d’un véritable référendum, ayant force de loi, apparaît comme le meilleur moyen de faire déboucher la mobilisation pour la défense de la Poste. Cette perspective nécessite que les députés de gauche déposent une proposition de loi en ce sens à l’Assemblée Nationale.

Sauf à rêver du « grand soir », ce n’est pas une grève d’un jour ou bien une pétition, aussi massive soit-elle qui suffiront à changer les choses. Les décisions se prennent au gouvernent, à l’assemblée nationale, ou dans les collectivités territoriales. C’est là que la gauche anticapitaliste peut réellement peser pour transformer la société.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent MELY - dans Réaction à l'actualité
commenter cet article

commentaires