Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 21:53

Retraite.pngInvitée au « Grand Jury » RTL-LCI-Le Figaro, dimanche 17 janvier Martine Aubry a déclaré concernant la question des retraites : « On va aller vers 61, 62 ans. Mais je n'imagine pas qu'on aille plus loin » (Le Figaro-18.01.10). L’année 2010 doit en effet, selon les vœux de Nicolas Sarkozy, être un « rendez-vous capital » où, selon l’expression consacrée, toutes les options seront « sur la table », y compris l’augmentation de l’âge légal de départ à la retraite, aujourd’hui fixé à 60 ans (Libération 22.06.09).

 

Le PS, ou du moins sa première secrétaire et un certain nombre de ses cadres, a donc décidé de choisir de rejoindre les positions de l’UMP et du Medef ; Emmanuel Valls est allé jusqu’à proposer un « pacte national » (AFP 19.01.10). L’UMP est bien sûr ravie de ces propositions (les Echos 21.01.10)

 

Pourtant, l’augmentation de l’âge de la retraite, l’allongement de la durée de cotisations n’ont rien d’inéluctables, n’ont aucune raison de faire consensus. C’est au contraire un choix politique.

 

Un choix porteur d’une vision passéiste de notre société

Espérance de vie, et espérance de vie en bonne santé.

L’augmentation de l’âge de départ à la retraite est moralement justifiée par ses promoteurs au nom de l’augmentation de l’espérance de vie. L’espérance de vie est ainsi de 77,8 ans pour les hommes et 84,5 ans pour les femmes (source INSEE-2009) soit près de 30 ans après l’âge du départ à la retraite.

 

Mais il existe une autre statistique, moins connue, celle de l’espérance de vie en bonne santé. Cette espérance de vie en bonne santé est, quant à elle, de 63,1 ans pour les hommes et de 64,2 ans pour les femmes (source INSEE-2009). Rappelons qu’il ne s’agit que d’une statistique, d’une moyenne. Comme toute moyenne statistique, si certains continuent à être en bonne santé bien après cet-âge, d’autres ne le sont plus bien avant cet âge.

 

Ainsi, augmenter l’âge de la retraite, c’est le rapprocher dangereusement de l’espérance de vie en bonne santé.  En d’autres termes, cela veut dire faire partir les salariés le jour où ils ne sont plus physiquement en état de travailler, ne sont plus rentables, et pas avant. Sans le dire, on en revient à Germinal où l’homme ne vivait que pour travailler !

 

Taux d’emplois des séniors

Le second argument en faveur de l’augmentation de l’âge de départ à la retraite est l’augmentation de la durée de cotisation et donc l’augmentation des recettes de l’assurance maladie. Ce serait vrai dans une société de plein emploi manquant de travailleurs. C’est faux dans une société connaissant un chômage élevé, notamment des seniors. Le taux d’emplois des 55-59 ans est ainsi autour de 50%, avec de fortes disparités selon les régions (source INSEE, L’emploi des seniors, les défis à venir, Juin 2009).

 S’il fallait un exemple, l’année 2009 n’a-t-elle pas regorgée de plans sociaux avec leurs lots de départs à la retraite anticipés ? Que deviendront ces seniors mis d’office en préretraite à 55 ans dans le cadre d’un plan social, si l’âge de la retraite passe à 62 ans ? Leur sort ne s’améliorera certainement pas.

 

Augmenter l’âge de départ légal à la retraite ne changera rien ou pas grand-chose au taux d’emploi des très nombreux seniors qui dès aujourd’hui ne sont plus en activité bien avant l’âge de 60 ans ; cela n’augmentera en rien leur durée de cotisation à l’assurance maladie et donc, cela n’augmentera en rien les recettes de l’assurance maladie. L’argument est faux pour ne pas dire mensonger.

 

Augmenter l’âge de la retraite, augmenter la durée de cotisation aura par contre deux conséquences directes :

 

La première conséquence sera la diminution des pensions. Les seniors qui ne sont plus en activité au-delà de 55 ans ne cotiseront pas plus longtemps, par contre, il leur manquera encore plus de trimestre pour avoir droit à une retraite à taux pleins, et leurs pensions sera réduite en conséquence.

Pour compenser cette perte à venir, on peut imaginer que nombre de quadra se diront que le moment est venu d’investir dans des retraites complémentaires. Le modèle de retraite par capitalisation a pris un coup sévère avec la crise économique et la ruine de nombreux fonds de pensions outre-Atlantique. La destruction programmée de notre modèle de retraite par répartition pourrait le remettre sur la sellette. Ne serait-ce pas un des objectifs visés ?

 

La deuxième conséquence sera de maintenir élevé le taux de chômage. Les jeunes qui arrivent sur le marché du travail, les quadras qui se voient licencier pour cause de crise économique vont désormais être en concurrence avec des seniors prêt à céder beaucoup pour avoir un travail, même en CDD, même mal payé, mais qui leur permette de valider ces foutus derniers trimestres avant de pouvoir partir à la retraite avec une pension convenable. Déjà en son temps, Marx théorisait sur « l’armée de réserve » nécessaire au capital. Et pour le redire en termes plus modernes, qui n’a jamais entendu dire « si vous n’êtes pas content, la porte est ouverte. Il y en a des tas qui veulent votre place et ne feront pas tant d’histoire» ?

 

Un choix politique, rompre ou non avec le modèle libéral ?

On vient de le voir, augmenter l’âge de la retraite n’est pas « la seule option possible », mais bien un choix politique, celui du modèle libéral. En se ralliant à cette proposition, le PS a fait un pas de plus dans l’acceptation du libéralisme, un pas de plus vers le centre et la droite, un pas de plus pour s’éloigner de la gauche.

 

Pourtant, des propositions alternatives, de gauche existent. Elles n’ont pour seul « tord » que de rompre avec le modèle libéral, de proposer un autre choix de société. J’en parlerais dans un prochain article. Mais en quelques mots : pourquoi faire peser le financement des retraites sur les seuls salaires ? S’il faut parler « sans tabou » de la réforme des retraites, s’il faut « mettre toutes les options sur la table », alors il faut mettre aussi sur la table ce tabou là : soumettre à cotisation sociale les revenus financiers.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent MELY - dans Réaction à l'actualité
commenter cet article

commentaires

alain 29/01/2010 22:46


Bonjour

Votre considération sur l'espérance de vie en bonne santé est très intéressante. C'est la raison pour laquelle elle n'est évoquée nulle part d'ailleurs. Je l'ai trouvée sur le blog à Mélenchon où
vous avez eu la bonne idée de la relayer. Merci à vous.



Sandra 24/01/2010 22:45



Bons arguments. J'attends avec impatience l'article sur "le capital qui cotise également pour les retraites quand il travaille" - Y'a pas de raison, sans blague !