Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 13:25

Quand par les voix de Benoît Hamon[1] ou Michel Sapin[2], le PS dénonce le « populisme » d’un Jean-Luc Mélenchon qui favoriserait le Front National, il trompe les français. Ce ne sont pas les propos de Mélenchon mais les actes de Cahuzac qui provoquent la colère des électeurs et le sentiment du « tous pourris ». Et cette colère s’enracine d’autant mieux qu’elle trouve un terreau fertile dans la très vive déception des électeurs, notamment de gauche, envers une politique gouvernementale qui l’est chaque jour un peu moins.[3]

 

L’appel de Jean-Luc Mélenchon à une grande marche pour la VIème République met cependant en évidence un point de frottement au sein du Front de Gauche : où mettre le curseur entre faire pression sur le gouvernement pour en changer le cap et être dans l’opposition à celui-ci ? Le PG étant à cet égard plus radical que le PCF. Néanmoins, au fil des mois, celui-ci s’est fait entraîné et le curseur s’est progressivement déplacé vers l’opposition « à la politique du gouvernement ». La réaction officielle du PCF au discours de François Hollande du 27 mars était ainsi extrêmement critique[4] ; il n’aurait pas dit autre chose dans une opposition « assumée » pour reprendre les mots d’Olivier Besancenot.[5]

Mais en parlant de « coup de balais », Jean-Luc Mélenchon fait un grand pas dans cette direction, pas que ses camarades communistes ne suivent pas tous avec le même élan. Patrick le Hyarick, député européen PCF et directeur de l’Humanité a publié un vibrant plaidoyer en faveur de la manifestation[6]; Pierre Laurent, secrétaire général du PCF en approuve le principe mais pas les termes employés[7], André Chassaigne, président PCF du groupe FdG à l’Assemblée Nationale déclare attendre de voir quelle forme prendra la manifestation avant de se prononcer[8].

 

Car la formule du « coup de balais », fait appel à une symbolique forte. L’expression « tous pourris » préemptée par Marine Le Pen n’est pas loin. Et nombreux s’en effraient qui se rappellent l’usage qu’en firent les fascistes au XXème siècle en Europe. Mais, ils en oublient l’histoire immédiate des forces émancipatrices de ce début du XXIème siècle, en Amérique Latine et au Maghreb. Car la symbolique à laquelle se réfère Jean-Luc Mélenchon, ce sont les slogans comme « Qu’ils s’en aillent tous » qui ont mis le peuple en marche dans les révolutions du Vénézuela, de la Bolivie, de l’Equateur, ou bien les « Dégage » des révolutions tunisiennes et égyptienne (avant que les islamistes ne les détournent à leur profit).

 

Alors Jean-Luc Mélenchon a raison de prendre ostensiblement ses distances avec une « gauche » qui ne l’est plus. A une faillite idéologique avec la mise en œuvre de solutions politiques libérales s’ajoute la faillite morale de l’affaire Cahuzac. Après l’échec de la droite libérale, l’échec de plus en plus prévisible du social-libéralisme, sans alternative crédible à gauche, voilà ce qui ferait le jeu du Front National.

 

Mais « l’affaire Cahuzac » peut-elle être l’étincelle qui déclenchera la révolution citoyenne que Jean-Luc Mélenchon appelle de ses vœux ? Ce serait sans doute faire trop d’honneur à M. Cahuzac lui-même, quand ni l’ANI, ni l’annonce d’une probable nouvelle réforme des retraites pour ne parler que de l’actualité immédiate ne semblent mobiliser les foules.

 

Si je donne raison sur le fond à Jean-Luc Mélenchon, à trop vouloir théoriser et anticiper un mouvement révolutionnaire qui fut partout ailleurs spontané et imprévisible, sans doute Jean-Luc Mélenchon va-t-il un peu plus vite que la musique. L’histoire le dira.



[1] « Benoit Hamon contre le Front de Gauche ». Le Monde, 08 avril 2013

[2] « Mélenchon « joue dans la même cour que Mme Lepen » selon Michel Sapin ». Le monde, 07 avril 2013

[3] « Le PS n’est plus un parti de gauche ! » Sur ce blog
   « Hollande est-il encore de gauche ? » Libération, le 29 mars 2013.

[6] « Séisme Politique » L’Humanité du 08 avril 2013

[7] « Pierre Laurent ne veut pas du « grand coup de balais » de Jean-Luc Mélenchon » Le Nouvel Obs, 07 avril 2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires