Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 23:14

 

http://humanite.fr/sites/default/files/imagecache/une_article_horizontal/charlibye.jpgDans la « gauche de la gauche », de très nombreuses voix s’élèvent contre l’intervention militaire en Lybie. Ils ont tord.

 Oui, les exemples récents d’interventions militaires occidentales dans des pays musulmans, l’Irak et l’Afghanistan peuvent susciter un doute légitime sur les motivations et les conséquences d’une intervention occidentale.

 Mais s’il n’y avait pas eu d’intervention militaire, il n’y a aucun doute quant aux conséquences : un nouveau Srebrenica, un nouveau Guernica. Pouvait-on en bonne conscience « laisser-faire » et regarder le peuple libyen se faire massacrer en direct sur TF1 ?

 Guernica, Srebrenica, je ne choisis pas mes exemples au hasard. Guernica, est le symbole de la conséquence de la politique de « non-intervention » des pays démocratiques dans la guerre civile Espagnole. Massacre de civils, victoires de Franco, établissement d’une dictature : Voilà où mena la non-intervention. A Srebrenica, les casques bleus présent sur place furent impuissants à empêcher le massacre des Musulmans Bosniaques par les milices Serbes. Deux exemples passés qui montrent qu’on ne peut pas toujours « laisser-faire », que la passiveté des démocraties occidentales à souvent permis à des fous sanguinaires de perpétrer des crimes de masse et que le recours à la force est parfois légitime.

 Donc oui, il fallait agir. Mais agir en tirant les conséquences des erreurs du passé.

 Etait-ce aux pays arabes d’intervenir ? L’idée est belle, mais quels pays arabe? A Bahrein, en Syrie, au Yemen, la police et l’armée font feu sur les manifestants. L’Arabie Saoudite est même allée jusqu’à prêter main forte au Bahrein, comme naguère les chars russes entrèrent dans Gdansk pour écraser la révolte polonaise. Les généraux Egyptiens et Tunisiens furent nommés par Moubarak et Ben Ali. Ils ont refusés de tirer sur leur peuple, mais cela ne les transforme pas en héros de la démocratie pour autant…

 Des troupes « au sol » semblent exclues. Les invasions de l’Irak et de l’Afghanistan ont démontré qu’on n’importe pas la démocratie dans les bagages d’une armée d’occupation étrangère.

 C’est aux révolutionnaires lybiens de renverser Kadhafi, certes. Mais les évènements récents ont démontré que – seuls – ils ne pouvaient le faire. Il faut les aider, sans intervenir au sol, sans donner l’impression d’occuper le pays, mais de manière efficace. Il ne reste guère que la conjonction des bombardements aériens et la livraison d’armes.

 Soyons lucide sur la suite.

 Renverser Kadhafi serait un début, et non une fin. Bien des questions restent posées :

 Le Conseil National de Transition est autoproclamé, dirigé par un ancien ministre de Kadhafi. Il n’est en rien garant d’une transition démocratique et il est possible que certains essayent de confisquer la révolution libyenne à leur profit.

 Les USA, la France et autres pays agissent forcement par intérêt. Vraisemblablement essaieront-ils de favoriser la mise en place d’un gouvernement sensible à leurs intérêts économiques.

 Oui, tout cela est possible. Oui, la révolution libyenne, même victorieuse de Kadhafi pourrait tourner court. Mais faut-il pour cela laisser échouer la révolution et vaincre Kadhafi ? Assurément non.

 Et n’oublions pas que pendant que le monde occidental se rachète une conscience en Lybie, la police et l’arme tue en Syrie, à Bahrein, au Yemen. Il ne faut pas l’oublier, il faut le dénoncer. Soyons sans illusion quant à notre propre gouvernement. En berne dans les sondages, Sarkozy doit faire oublier ses erreurs en Egypte et en Tunisie ; Juppé a une revanche à prendre sur le monde politique et une stature d’homme d’état, d’authentique Gaulliste à regagner.

 Mais enfin, gardons un espoir. Un peuple a pris les armes pour se libérer d’un tyran. Peut-être saura-t-il également triompher de ceux qui voudraient lui voler sa révolution, potentat locaux ou puissances étrangères. Au moins, donnons-lui sa chance plutôt qu’une mort sous les bombes.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent MELY - dans Réaction à l'actualité
commenter cet article

commentaires

Roquet 19/04/2011 09:20



Bon,d'accord,je me rends à tes arguments,tu as raison,je m'incline,et je joins ma voix à la tienne: vive BHL et ses exceptionnelles capacités diplomatiques ! Vive Sarkozy si solidaire des
mouvements révolutionnaires,si réactif à toute éventualité de souffrance chez les peuples d'Afrique ! Vive les Mirages,les Rafales et notre Charles-de-Gaulle faisant fièrement face à Kadhafi
entre deux pannes ! Vive nos missiles qui passent entre les civils sans les toucher pour ne frapper que les militaires kadhafistes évidemment mercenaires ! Vive l'humanisme qui nous allie au prix
Nobel de la Paix Obama,vive l'idéal démocratique animant la participation arabe quatari à notre soutien aux révolutionnaires cyrénaïques ! Les mots me manquent pour me joindre à toi dans
ton oui à l'intervention,je ne trouve que ça : VIVE LA GUERRE ! C'est vrai,la guerre,ça règle tout. Après,il y a des tas de trucs à reconstruire,du pognon à se faire,du boulot chez
nous pour les chômeurs.Il y a tout un arsenal militaire à reconstituer,des missiles à produire,des Rafales et des Mirages à fourguer aux nouveaux gouvernants qu'on aura mis en place.Et puis
les lauriers de la gloire sur le front de Sarkozy qui,naturellement n'y avait pas pensé un instant avant de nous lancer là-dedans...Pas étonnant que je n'aie rien trouvé à proposer en face de ça.
Heureusement que toi,tu voyais clair. Roquet



Roquet 18/04/2011 13:27



Lénine a peut-être pensé à s'allier à la bourgeoisie anti-tsariste pour renverser le tsar,mais il n'avait pas pensé à s'allier à Raspoutine.C'est vraiment dommage que tu ne l'aies pas
connu,tu aurais pu lui donner des idées pour ré-écrire "l'impérialisme,stade suprême du capitalisme" en des termes plus amicaux à l'égard des actuels maîtres et gendarmes du monde. Roquet



Laurent MELY 18/04/2011 22:59



Critiquer, c'est très bien. Maintenant, que faudrait-il faire selon toi ?


Toutes les limites, les défauts et les risques qu'entrainent pour la suite une intervention de l'OTAN, je le vois très bien.


Les conséquences d'une inaction de "la communeauté internationale" je les vois très bien également.


Ce que j'attends encore, c'est que quelqu'un me dise quelle autre solution il y'avait, qui n'auraient pas les défauts d'une action de l'OTAN.


Donc, la parole est à toi.


Dans l'attente, j'ai tendance à considérer qu'une intervention militaire était la "moins mauvaise" des solutions, l'alternative étant un massacre.


Quant à la probabilité que les lybiens troquent un dictateur pour un autre, elle est non nulle. Mais pour cela, nul besoin de l'OTAN : demande aux égyptiens. Mais on peut au moins leur donner une
chance, l'alternative étant la mort.



Roquet 18/04/2011 08:18



En effet,le programme révolutionnaire,populaire,démocratique,des insurgés de Cyrénaïque est à ce point enthousiasmant qu'il a entraîné sa prise en charge par quelques-uns des anciens exécutants
de la dictature de Kadhafi,dont son ancien ministre de la justice qui pendant huit ans supervisait ses pratiques répressives,à contre-coeur naturellement.Avec lui,avec
eux,Sarkozy,Cameron,Obama,groupons-nous z'et demain...! Roquet 



Laurent MELY 18/04/2011 11:17



Quant tout à commencé en Lybie, il s'agissait d'un mouvement populaire et spontanné. Il n'y avait pas d' "avant garde éclairée" avec un "petit livre rouge" (ou vert) en poche pour dicter le
programme. Désolé si ce n'est pas assez "pur et dur" pour toi.


Tu as raison cependant de pointer le fait que cette révolution risque fortement de se faire voler par quelques anciens aparatchiks de l'actuelle dictature qui ont su retourner leur veste au bon
moment.


Mais notre rôle à nous communiste, c'est quoi ?


C'est de dire au peuple libyen : désolé, comme une poignée d'aparatchik a pris le contrôle de votre révolution, elle n'est pas assez estanpillé "anticapitaliste" pour nous, donc on vous laisse
crever sous les bombes kadhafistes ?


Pour moi, c'est de faire en sorte que cette révolution reste populaire, devienne démocratique et ne soit pas volé. Par contre, le prérequis, c'est que la révolution ne soit pas écrasé par
Kadhafi.


En 1917, Lénine a commencé par s'allier à la bourgeoisie pour renverser le tsar. Ensuite, il a chassé la bourgeoisie.


Pour l'instant, on en est à l'alliance pour renverser Kadhafi. Il ne faut pas perdre de vue la suite, mais elle viendra après.



Roquet 01/04/2011 16:57



Tu sembles assez porté sur les guerres préventives ! Même concernant Hitler en 1936,je crois que personne ne préconisait ni n'aurait songé à préconiser une guerre contre l'Allemagne
souveraine.Peut-être aurait-on pu songer à interdire le survol de la France,ou des eaux internationales par l'aviation hitlérienne.Mais avec la non-intervention de notre camarade Blum,il ne
fallait pas non plus y songer,il ne fallait fâcher aucun des participants à la guerre d'Espagne.Mon commentaire visait seulement à essayer de t'expliquer en quoi la question de la
non-intervention ou de l'intervention en Espagne n'avait rien à voir avec un problème d'une intervention militaire de la France,et rien à voir avec l'intervention militaire actuelle contre la
Lybie.Est-ce que j'oublie les masssacres perpétrés par les Serbes,mais aussi les Croates,mais aussi les Kosovars dans cette suite d'opérations générées par le démembrement de la Yougoslavie que
voulaient l'Allemagne et les USA ? Non,une intervention onusienne sur place aura sans doute été justifiée,et les bombardements de Belgrade n'en auront pas moins été des crimes contre le droit
international.Cela dit,as-tu lu la déclaration de Roland Muzeau au nom des députés communistes le mardi 22 mars dernier devant l'Assemblée nationale,une dénonciation vigoureuse de la nature
de  l'intervention en Lybie et le refus de l'approuver ? Sans doute ne l'as-tu pas lue,puisque l'Humanité n'en a donné qu'un résumé de dix lignes à peine visibles en bas de pages
intérieures.Mais personnellement,je me suis senti mieux communiste à cette lecture qu'à celle de ton oui à l'intervention. Roquet



Laurent MELY 17/04/2011 22:58



Personnellement, je me sens communiste lorsque je soutiens un peuple qui fait sa révolution et tente de renverser un dictateur.


Le pacifisme bêlant n'est pas ma tasse de thé. Je suis contre les guerres impérialistes et capitalistes. Mais je sais aussi que les révolutions populaires se sont souvent faites les armes à la
main dans l'histoire


Et en lybie, il me semble que nous avons à faire à une révolution. Alors faisons ce qui est en notre pouvoir pour que les dictateurs n'aient pas toujours le dernier mot, celui du plus fort. Une
victoire de Kadhafi serait un message terrible pour l'émancipation des peuples dans toute l'afrique, tout le moyen orient et même sur toute la planête.



Roquet 26/03/2011 20:44



Il ne t'était pas interdit,cher camarade,de t'engager dans une brigade internationale pour aller te joindre aux insurgés de Benghazi (remarque bien,tu aurais déjà trouvé sur place auprès de
l'ex-ministre de la "justice" de Khadafi,à ce qu'on apprend maintenant,pas mal de monde venu d'ailleurs,comme quelques conseillers militaires britanniques, et pas mal d'armement fourni par
l'armée égyptienne).Car ne pas s'en tenir à la non-intervention décidée par Blum,ce n'aurait pas été une intervention militaire de la France comme tu sembles le croire.La non-intervention
consistait à mettre l'embargo sur les fournitures d'armes et d'aviation à la République espagnole,à lui refuser ce type d'aide qu'elle demandait pendant que Franco en recevait à
profusion.Protéger les civils espagnols de Guernica,en suivant ton raisonnement,aurait été faire quoi ? Bombarder le tueur de civils,c'est-à-dire Hitler ? Non,comparer le problème espagnol de
1936 et le problème lybien d'aujourd'hui est absurde.Khadafi est un dictateur,les Lybiens mécontents pour quelque raison que ce soit,de clan,de liberté religieuse,de démocratie peut-être
(enfin,je suppose que tu t'es renseigné là-dessus) ont le droit de se soulever.Mais la Lybie est un état souverain,comme d'autres états souverains avec des dictateurs à leur tête (Arabie
saoudite,Barhein,Yemen,Jordanie,Syrie, etc,etc,etc). Un état souverain comme l'était la République espagnole.Et s'en prendre militairement à un état souverain,ça n'est pas de l'aide
humanitaire,c'est le mépris du droit international,c'est la guerre à volonté.Tu salues,cher camarade,les rodomontades de ce champion de la démocratie,de ce grand ami des masses populaires et de
leurs revendications qu'est Sarkozy.J'espère que tu finiras par te poser des questions. 



Laurent MELY 30/03/2011 21:27



La critique est facile, l'action l'est moins. Et qu'aurais-t-il donc fallu faire selon toi ? 


Laisser Kadhafi massacrer son peuple au nom de sa liberté d'état souverain ?


 Armer les rebelles, sans doute ? Philosophiquement, la position est belle. Hélas, elle n'est pas réaliste. Entre le moment où il est devenu évidant que la révolution libyenne ne serait pas
une révolution pacifique chassant son dictateur par des grèves et des manifestations mais une guerre et le moment où les chars de Kadhafi étaient aux portes de Benghazi, il ne s'est pas passé 15
jours.


 Meme en admettant que notre gouvernement ait décidé dès les premiers combats à Benghazi d'y envoyer des armes - malgré l'embargo de l'ONU - 15 jours ne suffisent pas à transformer des
civils armés en une force de combat entrainé et équipé pour affronter une armée régulière. Ils auraient été massacrés, quand bien même on leur aurait parachuté des Famas au lieu de leur AK-47.
QUant à livrer des chars Leclerc à l'oppostion pour s'opposer aux chars de Kadhafi, il va sans dire que sans instructeurs et sans long délais d'instruction, ça ne sert à rien.


 Des sanctions internationales ? Elles ont été prises. On a vu leurs effets.


 Maintenant, tu me demandes s'il aurait fallu bombarder Hitler ? Il me semble qu'au final, c'est comme ça que ça c'est terminé. Se demander si on aurait du le faire des 1936 plutôt
qu'attendre 1939 n'est pas forcemment une question illégitime. (Il y'a ensuite la faisabilité militaire de la chose).


 Enfin, tu oublies de citer Srebrenica et la Bosnie. Si l'Afghanistan, l'Irak et sans doute même le Kosovo furent des guerres illégitimes, il me semble que ce ne fut pas le cas en
Afghanistan. Pendant 3 ans, les casques bleux ont tenté de s'interposer avec l'efficacité que l'on sait. Il a fallu 3 jours à l'OTAN pour mettre fin à la guerre. Et il me semble que dans ce
conflit là, le résultat a été meilleure que le massacre qui précédait. Donc, il existe des conflits légitimes, et il est légitime de se demander si le conflit libyen en est un ou non.


Enfin, en m'interrogeant sans à priori, il me semble que je fais preuve de ma capacité à me poser des questions. Au contraire, c'est en réfutant par avance l'intervention militaire du fait
qu'elle est soutenue par Sarkozy que je ferais preuve d'un manque de capacité à me poser des questions.