Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 18:40

http://www.lexpress.fr/medias/2186/1119434_men-walk-on-a-road-amid-wreckage-after-blasts-ripped-through-aleppo-s-main-saadallah-al-jabari-square.jpgVingt mois que le peuple Syrien se soulève contre son dictateur, et ce soulèvement a définitivement basculé d’une opposition pacifique en une guerre civile faisant des dizaines de milliers de morts, des centaines de milliers de blessés, de déplacés.

Des dictatures, Iran, Russie, Chine, soutiennent l’une des leurs ; des pays arabes dont certains à peine moins autoritaires que les susnommés soutiennent la rébellion, chacun par intérêt et aucun par idéologie. Et les puissances occidentales se cantonnent au service minimum, se cachant derrière le paravent du blocage du Conseil de Sécurité par la Chine et la Russie.

Peut-on pourtant rester sans réagir face à se drame ? Et que peut-on faire ?

Certains pacifistes bêlants rejettent dos à dos l’opposition armée et l’armée du régime. Ils ont beau jeu de dénoncer les crimes de guerre commis par les deux camps, même s’il semble avéré qu’ils sont bien plus nombreux et systématiques du côté du régime que du côté de l’opposition. Ils ont également beau jeu de dénoncer les soutiens officieux de l’opposition, Arabie Saoudite et Qatar en tête, régimes religieux et autoritaires qui n’agissent que pour leurs propres intérêts géostratégiques et non pas au nom d’un idéal démocratique qu’ils ne prônent d’ailleurs pas pour eux-mêmes. Ils ont également beau jeu de dénoncer la prolifération de groupes islamistes peu recommandables. Ils ont beau jeu de dénoncer ce que devient la Lybie, en proie aux milices et aux chefs de guerre. Tout cela est vrai. Néanmoins …

Je citerais Nelson Mandela : « C’est toujours l’oppresseur, non l’opprimé, qui détermine la forme de la lutte. Si l’oppresseur utilise la violence, l’opprimé n’a pas d’autre choix que de répondre par la violence ». C’est effectivement l’oppresseur, le régime Syrien qui a choisit de répondre par la force des armes aux manifestations pacifiques. L’Armée Syrienne Libre s’est constituée sur la base de soldats qui se sont mutinés pour ne pas avoir à faire usage de leurs armes sur leur propre peuple. Il n’y a rien d’ambiguë ou de trouble dans les origines de la formation de l’ASL.

Ce qui est ambiguë ou trouble, c’est ce que l’ASL devient au fur et à mesure que le conflit s’enlise faute d’un véritable soutien des pays occidentaux : soutien des pays arabes autoritaires, infiltration par des mouvements islamistes.

Le combat de l’ALS contre le régime syrien est inéquitable. L’ALS ne peut vaincre sans aide extérieure. Elle prend celle qu’on lui donne et n’a guère les moyens de se montrer difficile sur les motivations des donateurs. Mais ceux-ci l’influencent et la transforment. Aujourd’hui, cette aide vient de régimes, de mouvements qui n’ont aucune envie de voir un régime réellement démocratique, laïc et libre en Syrie. Et on a tout lieu de craindre que si la rébellion venait à triompher, la nouvelle Syrie ne serait ni libre, ni démocratique, ni laïque. Et si elle ne venait pas à triompher, le massacre, les tortures, les emprisonnements arbitraires, la dictature perdureront en plus terrible encore. Ne rien faire est-il donc une option ?

Mais si l’aide venait de puissances démocratiques et laïques, dans le respect du droit international, pourrait-il en être autrement ? Je le crois sincèrement.

Soutenir la rébellion syrienne, dans le respect du droit international.

http://www.dreuz.info/wp-content/uploads/Syrie-Liban.jpgLe blocage au Conseil de Sécurité de l’ONU de toutes résolutions trop contraignante pour le régime syrien est une des causes premières du sentiment d’abandon de la rébellion syrienne qui la jette dans les bras des mouvements islamistes ou du moins de régimes arabes autoritaires. Un soutien clair et sans faille de l’ONU à la rébellion syrienne est nécessaire pour contrer l’influence des islamistes… et ce soutien est possible ; en dépit du blocage au Conseil de Sécurité par la Russie et la Chine.

Comme je l’indiquais dans un billet précédent, la résolution n°377, dite « Union pour le Maintien de la Paix » autorise l’Assemblée Générale de l’ONU à intervenir en cas de blocage au Conseil de Sécurité. Ainsi, en 1981, la résolution 36/121 de l’Assemblée Générale des Nations Unies demandait aux états membres de fournir une « assistance matérielle, financière, militaire » au SWAPO, mouvement de libération de la Namibie, contre l’occupation du pays par l’Afrique du Sud. La même résolution dénonçait la collusion de la France, des USA et du Royaume Uni avec l’Afrique du Sud et leur triple véto au Conseil de Sécurité.

Une résolution de l’Assemblée Générale des Nations Unies autorisant les états membres à une « assistance matérielle, financière, militaire » à l’opposition Syrienne, dénonçant la collusion de la Chine et de la Russie avec la Syrie serait exactement du même ordre et tout à fait envisageable. Elle respecterait parfaitement la légalité internationale et sa jurisprudence.

Deux dictatures ne pourraient pas s’opposer à la volonté de la majorité des nations du monde, ce qui serait un signal extrêmement fort. Un signal de soutien et d’encouragement au peuple syrien en lutte aujourd’hui, et à tous ceux qui voudraient par la suite prendre le même chemin.

Un soutien militaire, sous quelle forme ?

Je parle de soutien militaire, pas d’intervention militaire, à dessin. Il n’existe pas de guerre propre, et si tant est que les puissances occidentales aient les moyens militaires de venir à bout du régime syrien (ce dont certains experts militaires doutent sans une implication massive des USA qui n’y sont pas prêt), je ne pense pas comme BHL que des « avions de la liberté » puissent larguer « la démocratie » sur la Syrie. A ce titre, la Lybie en a été un bon exemple ; Le pays est toujours en proie aux milices et aux chefs de guerre, au bord du chaos.

Une des erreurs principales de la guerre en Lybie fut d’armer aveuglément l’opposition à Kadhafi. La France a ainsi parachuté des armes dans le Djebel au sud de Tripoli pour s’apercevoir à la chute de la ville que son nouveau maître était un proche des réseaux d’Al Quaeda …. Les armes parachutées en Lybie sont ainsi arrivées entre toutes les mains, notamment les moins recommandable s: chefs de guerres qui continuent de faire régner la terreur en Lybie, groupes islamistes ou touaregs qui leurs ont trouvées une nouvelle utilisation au Mali.

La situation en Syrie est cependant différente. Bien plus qu’en Lybie, l’ASL est structurée autour d’un noyau de militaires de carrière, aujourd’hui déserteurs. Par ailleurs, nul n’est besoin en Syrie de parachuter des armes sans contrôle. L’opposition Syrienne dispose de bases arrières en Turquie et contrôle une large part de la frontière entre la Turquie et la Syrie.

Cette configuration permet de choisir qui on entraîne et qui on arme. Il est raisonnable de penser que les déserteurs de l’armée régulière syrienne qui ont retourné leurs armes contre leurs généraux pour ne pas avoir à tirer sur leur peuple n’ont ni la propension à être de futurs miliciens faisant régner la terreur (ils n’avaient qu’à rester dans l’armée de Bachar Al Assad  pour l’être), ni la propension à devenir des islamistes (l’armée de Bachar Al Assad a énormément de défauts, mais pas celui là). Il est raisonnable de penser que si ces soldats sont entrainés et armés par des puissances démocratiques, ils pourront rester fidèles à ces idéaux.

http://www.monquotidien.fr/media/Images/info-syrie-novembre2012.jpgMais s’ils sont abandonnés à eux seuls, alors oui, il ne leur restera qu’à prier Allah de leur accorder la victoire et à rejoindre les rangs des islamistes.

Comme je le disais en préambule, c’est l’oppresseur qui choisit les formes de la lutte. Il a décidé qu’elle serait armée, il faut désormais en prendre acte et agir en conséquence. Il ne faut pas avoir de fausse pudeur, rester dans une politique de « non-intervention » dont on a vue ce qu’elle a pu donner autrefois en Espagne, dont on voie quotidiennement ce qu’elle donne en Syrie avec une poursuite sans fin des combats et des morts. Alors oui, Il faut soutenir militairement l’opposition Syrienne. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

microneedle roller review 05/02/2014 07:45

The internal war happening in Syria is making the life of people living there miserable. It started twenthy months ago and it is getting worse. Thousands of people were killed and injured because of it. Hope various organizations and countries involve in it.

Roquet 16/12/2012 16:13


L'axe essentiel de ta "pensée politique",c'est de n'avoir pas la moindre idée de ce qu'est l'impérialisme (dont quelqu'un a dit qu'il était le stade suprême du capitalisme) et son entreprise de
domination mondiale,pas le moindre soupçon de sa capacité manoeuvrière,et tu gobes sans le moindre discernement tout ce qu'il te sert en matière de "révolution",de "massacres",de
"dictateurs",etc.Pas un poil de réflexion...Finalement,je me le demande.Comment un communiste pourrait-il vraiment démarrer comme ça au quart de tour sur un appel à plus d'armes,plus de
guerre,plus de morts ? Même avec un baratin pour prétendre que participer à ça avec les Qatari et al-Quaida,ce serait justement pour éviter la charia.Tu nous as déjà fait le coup avec la Libye,tu
es complice de toutes les conséquences que tu as prétendu chercher à éviter,tu me fais lever le coeur.Point final. Roquet (communiste depuis 1946).

Pingouin094 16/12/2012 21:36



Dans la situation actuelle, je ne pense pas qu'on puisse vraiment parler de "plus d'armes, plus de guerre, plus de morts" vu la quantité qu'il y'en a déjà actuellement ...


Maintenant, expliques moi comment tu fais toi pour ne pas être complice de ses conséquences ?


Parceque, jusqu'à preuve du contraire, c'est plutôt notre inaction qui amène les conséquences en question (y compris la victoire des djihadistes qui eux, sont armés et ont des financements, et
donc risquent de gagner avec des conséquences extrêmements graves pour la population syrienne).


PS : Puisque tu es communiste depuis 1946, quel regard jette tu sur le fait que les communistes aient combattus aux côtés des gaulistes contre le nazisme. Auraient-ils du rester neutres dans une
guerre entre impérialismes ? Aurion nous eu le programme du CNR dans ce cas ? 



Roquet 14/12/2012 09:48


N'avais-tu pas lancé déjà le même appel pour la Libye,avec ce brillant résultat de l'instauration de la charia sur le cadavre en charpie de Kahdafi ? Décidément,oser se dire "communiste" et
se joindre à ces grands démocrates que sont les Turcs,les Qatari (et les Lybiens à l'intégrisme libéré) dans leur nouvelle opération en Syrie,ça fait lever le coeur.Roquet

Pingouin094 16/12/2012 13:57



Merci de me lire avant de faire un commentaire.


L'axe essentiel de mon billet est justement : "comment contrer l'influences des Qatari voir d'Al Quaeda sur les rebelles syriens". Autrement qu'en écrasant la population sous les bombes, au
phosphore aux dernières nouvelles.


Et si je trouve de nombreuses personnes pour me critiquer, je ne trouve personne pour me répondre. J'attends toujours ...


Parcequ'au train où vont les choses en Syrie, l'instauration de la Chariah paraît effectivement une hypothèse probable si la communauté internationale reste passive ( cf. cet article du monde :