Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 20:37

Qu’est-ce que la campagne BDS ?

 

http://bdsmovement.net/files/bdscall.jpgLa campagne BDS pour Boycott – Désinvestissement – Sanction est une campagne initiée par la société civile palestinienne en 2005. En France, elle a commencé à être popularisée après la guerre de Gaza à l’hiver 2008 – 2009.

 

La campagne BDS a pour but d’exercer des pressions sur l’état israélien pour que cet état :

  • mette fin à l’occupation des territoires palestiniens et démantèle le mur de séparation avec la Cisjordanie ;
  • garantisse l’égalité effective de droit et de traitement pour les citoyens arabo-israelien ;
  • permette le droit au retour des réfugiés palestiniens.

 

La campagne BDS appelle :

  • Au boycott : Il s’agit d’une part d’un appel aux citoyens afin qu’ils boycottent les produits israéliens dans leur vie quotidienne. Mais il s’agit d’autre part d’un appel à boycotter les institutions israéliennes. Ainsi, par exemple, un mouvement universitaire appelle au boycott des universités israéliennes dispensant des cours dans les colonies.
  • Au désinvestissement : Il s’agit d’inciter les entreprises à ne pas investir dans les colonies. Un cas emblématique est le tramway de Jérusalem, réalisé par Alstom et qui reliera les colonies israliennes dans la partie orientale (et palestinienne) de la ville à la ville occidentale (et israelienne).
  • Aux sanctions internationales : Il s’agit de demander aux états d’exercer des sanctions, notamment économique, contre l’état d’Israël. On pense notamment à l’accord commercial bilatéral Union Européenne – Israël ; dont le rehaussement a été gelé suite à la guerre de Gaza, mais qui reste néanmoins en vigueur dans sa forme actuelle.

 

Pourquoi soutenir la campagne BDS ?

 

La campagne BDS a pour but de faire pression sur l’état d’Israël, en vue de l’amener à accepter des concessions pour un accord de paix.

 

L’état israélien est en effet le premier responsable de l’enlisement du conflit :

L’état d’Israël occupe militairement la Cisjordanie et y installe des colonies de peuplement, à l’encontre du droit international. Cette occupation, cette colonisation sont les premières violences, d’où découlent toutes les autres, y compris le terrorisme. Faire cesser cette première violence est le point incontournable pour parvenir à la paix ; la promulgation d’un nouveau moratoire sur la colonisation est la première étape sur le chemin de la paix.

 

Mais, l’actualité récente l’a montré, les demandes amicales en ce sens, que ce soient des proches alliés d’Israël comme les USA et l’UE ou de la communauté internationale via l’ONU n’ont aucun impact sur le gouvernement israélien.

 

En Israël, les forces politiques soutenant la colonisation sont aujourd’hui très fortement majoritaires. Pour une grande part, elles sont mues par des idéaux nationalistes ou religieux qui ne laissent aucune place à la discussion, au compromis.

 

Aussi, seule des pressions extérieures réelles et fortes pourront contraindre le gouvernement israélien, qui ne cessera jamais la colonisation de par sa propre volonté.

 

Des pressions réelles et fortes, cela veut dire un coût politique et économique tel que le gouvernement israélien soit obligé de céder. Tel est le sens de la campagne BDS. Cela veut aussi dire de placer i

 

L’histoire ancienne a montré qu’une campagne de boycott international peut jouer un rôle déterminant pour contraindre un gouvernement national, comme ce fut le cas pour l’Afrique du Sud. C’est une campagne de même ampleur qu’il faut mener pour la Palestine aujourd’hui.

 

Boycott des produits des colonies, boycott des institutions israéliennes ?

 

Que faut-il boycotter ? Les seuls produits des colonies ? Tous les produits en provenance d’Israël ? Faut-il également boycotter les institutions israéliennes ou bien les manifestations culturelles, sportives, universitaires… ?

 

Rappelons d’abord qu’Israël est une démocratie. Le gouvernement israélien actuel est issu du vote des citoyens israéliens, il poursuit une politique soutenue par la majorité de la population israélienne. Cela veut dire que la politique de colonisation n’est pas la volonté de seuls colons extrémistes, elle est bien la volonté du peuple israélien, au sens de la politique choisie démocratiquement par une majorité d’électeurs israéliens.

Si la poursuite de la colonisation est la volonté du peuple israélien, alors des sanctions, un boycott contre l’ensemble d’Israël et non seulement contre les colonies sont légitimes.

 

Mais dans une telle action, à la légitimité, il faut ajouter l’efficacité. C'est-à-dire qu’il faut se demander quel moyen mettre en œuvre, pour quel but rechercher.

 

Faire pression sur le gouvernement israélien, politiquement et économiquement.

 

Pour être efficace, le boycott des produits israéliens doit avoir un impact macro-économique significatif. Cela veut dire qu’il ne doit pas impacter qu’un pan relativement mineur de l’économie israélienne : l’économie des colonies. Il doit toucher l’ensemble de l’économie israélienne et donc être un boycott global.

 

Mais l’arme économique ne suffit pas. Il y faut aussi une arme politique, l’isolement diplomatique d’Israël. Cela signifie boycotter les institutions étatiques israéliens. Et puisque l’état israélien dans son ensemble poursuit la politique de colonisation, le boycott doit concerner l’ensemble des institutions et représentations étatiques israéliennes.

 

A ce titre, les équipes nationales ou locales israéliennes dans les différents sports sont une représentation de l’état israélien. Leur boycott est à mes yeux légitimes. Je ferais une mention spéciale pour le foot, étant donné l’impact particulier de ce sport au niveau mondial. Israël est ainsi membre de l’UEFA, fédération européenne de foot, tandis que tous ses voisins, Egypte, Jordanie, Syrie, Liban et surtout Palestine sont membre de l’AFC (Confédération Asiatique du Football). Etre au sein de l’UEFA et non de l’AFC comme le voudrait la géographie est un moyen pour Israël de contourner l’hostilité de ses voisins arabes, et ce avec l’aval des instances du football européens. Le boycott du foot israélien par les clubs européens serait à mon sens légitime.

 

Mais faut-il également boycotter les manifestations culturelles, universitaires ou autres, indépendantes de l’état ? A mon sens, cela ne devrait concerner que celles qui sont liés aux colonies.

Parlant de manifestations indépendantes de l’état israélien, on parle alors de citoyens individuels, capable de faire des choix individuels. Le boycott ne peut alors pas être celui du choix collectif de la nation israélienne, mais bien celui du choix individuel de chacun.

Ainsi, il est légitime à mes yeux de boycotter une université faisant le choix de développer des antennes dans les colonies. Mais faut-il boycotter un universitaire israélien qui refuse d’aller enseigner dans ces antennes ? Bien sûr que non.

Bien au contraire, c’est en amenant individuellement les citoyens israéliens à se positionner sur la question que certains seront amené à se désolidariser de leur gouvernement et que pourra baisser le soutien populaire à la politique de colonisation du gouvernement israélien.

Partager cet article

Repost 0

commentaires