Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 18:42

Réponse au questionnaire du PCF en vue de préparer le congrès extraordinaire (Cf Alternativeforge.net ) 

Assurément OUI. Comme l’a démontré le succès de la fête de l’humanité, nombreux sont ceux qui cherchent ce que la gauche a à proposer face au projet de société de la droite. Ils cherchent ces réponses notamment dans un cadre ouvertement opposé à la politique antigouvernementale et ouvertement anticapitaliste tel que celui de la fête de l’humanité. Pourtant, cet intérêt pour le discours du PCF ne se traduit pas en bulletin de vote. Pourquoi ?

 

             Cette même fête de l’humanité a prouvé à mes yeux que la mutation du PCF n’était pas encore parfaitement accomplie et que des vestiges de l’époque du « bilan globalement positif » demeurent chez certains camarades: Dans un débat, il c’est trouvé pour qualifier la chute du mur de Berlin de « défaite », d’autres ont cru devoir prendre une sorte de défense des défunts régimes soviétiques en « rappelant » que sans eux, nous n’aurions pas gagné les acquis sociaux qui sont les nôtres. Que dire également de la présence du PC Chinois sur la fête, d’affiches d’un stand de la JC (Jeunesses Communistes) vantant certaines politiques du PC Vietnamiens sans recul aucun sur la réalité de ce régime ? Et alors qu’on célèbre les 40 ans de la mort du « Che », au-delà de la nécessaire solidarité envers le peuple cubain face à l’embargo américain, il n’y a pas eu à ma connaissance de débat sur la réalité du régime castriste, à tout le moins fort peu démocratique ?

            Les œillères qui nous ont fait prononcer il y’a 30 ans cette expression désastreuse de  « bilan globalement positif » existent encore chez certains camarades. Hier, « on ne savait pas » la réalité du régime stalinien. Aujourd’hui, peut-on encore dire qu’ « on ne sait pas » la réalité des régime chinois, cubain ou vietnamien ?

            Bien sûr globalement, ces réalités sont connues du parti et de la plupart des camarades. Mais il en reste certains pour fermer les yeux et ces quelques uns là suffisent à jeter l’opprobre sur tout un mouvement. Fonder un nouveau parti, c’est demander à chacun de se positionner individuellement clairement sur cette question et la trancher une fois pour toute, à nos yeux et aux yeux de l’Histoire.

 

             Mais, au-delà des « valises de plomb », fonder un nouveau parti, c’est surtout envoyer un signal fort à tous ceux qui désespèrent de voir une force à même de se dresser contre la droite. C’est signifier que les communistes ont achevé leur mutation, qu’ils se dotent d’un outil politique en phase avec le XXIème siècle, de valeurs en phase avec le XXIème siècle et qu’ils sont de plein pied dans le siècle qui commence.

            C’est dire enfin que l’idéal communiste ne se trouve pas dans un passé nostalgique et imaginaire, mais qu’il est orienté vers l’avenir, que la société que nous voulons n’est pas une société à exhumer du passé, mais une société à construire dans le futur. Fonder un nouveau parti, c’est poser la première pierre de cette société future et c’est ce qu’il faut faire d’urgence.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pingouin094 - dans Congrès PCF
commenter cet article

commentaires