Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

9 septembre 2007 7 09 /09 /septembre /2007 18:38

            Promesse de campagne du président de la république, la réforme des régimes spéciaux de retraite semble au premier abord une mesure d’équité entre salariés. Pour prendre l’exemple de la SNCF, la retraite à 55 ans ne peut plus aujourd’hui se justifier par la seule pénibilité du travail, la plupart des agents SNCF ayant un emploi de bureau.

            Néanmoins, la réalité du régime spécial de retraite de la SNCF ne peut se résumer simplement par une formule lapidaire « retraite à 55 ans ». Une comparaison détaillée entre le régime de retraite du privé et le régime spécial SNCF peut amener à relativiser grandement les « avantages » des régimes spéciaux.

 

             D’après une étude de la DARES menée en 2005 dans le secteur privé, le taux d’emplois des plus de 55 ans y est de 58%, le taux de chômage y est de 7%. Sur ces 528 000 chômeurs de plus de 55 ans, 409 000 sont dispensés de recherche d’emplois. On peut donc dire qu’un peu plus d’un tiers des salariés du privé connaît une certaine forme de retraite à 55 ans (préretraites et chômeurs dispensés de recherche d’emplois compris).

            Donc, si on considère la retraite à 55 ans des régimes spéciaux comme une forme de préretraite imposée par l’entreprise à ses salariés, cette situation n’a, en soi, rien d’exceptionnel puisqu’elle concerne également plus d’un tiers des salariés du privé.

 

 En terme de niveau de pension, la comparaison entre le régime privé et par exemple la SNCF est difficile à établir, les modes de calculs étant très différents. Précisons néanmoins qu’un agent SNCF touche une pension directement proportionnelle à sa durée de cotisation et qu’un départ à la retraite à 55 ans ne signifie en aucun cas une retraite à taux plein. Le meilleur point de comparaison entre les deux régimes est le taux de remplacement : rapport entre la pension servi au salarié et son dernier revenu d’activité, net de prélèvements sociaux.

Le tableau suivant est fourni par la direction des ressources humaines de la SNCF :

 

 

Salaire net mensuel

 

 

Secteur privé

 

 

Fonction publique civile d'Etat (hors militaires)

 

 

SNCF

 

 

De 1 143 à 1 524 euros

 

 

91%

 

 

 

 

 

66.5%

 

 

De 1 524 à 1 906 euros

 

 

84%

 

 

80%

 

 

De 1 906 à 2 287 euros

 

 

76%

 

 

77%

 

 

68.1%

 

 

De 2 287 à 3 049 euros

 

 

72%

 

 

79%

 

 

69.6%

 

 

3 049 euros et plus

 

 

59%

 

 

69%

 

 

Ensemble

 

 

84%

 

 

77%

 

 

67.5%

 

 

 

Contrairement à une idée reçue, les pensions de la SNCF ne sont pas plus élevées, bien au contraire, que celles du secteur privé.

 

             On s’aperçoit donc qu’au-delà des effets d’annonce, la situation d’un agent SNCF à la retraite à 55 ans n’a rien de considérablement avantageux par rapport à un salarié du privé. Cet avantage a également un « coût » : à niveau de qualification égal, le salaire d’un agent SNCF est en moyenne inférieure de 20% à celui d’un salarié du privé.

 

 D’autres articles sont à venir pour prolonger cette analyse de la réforme des régimes spéciaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pingouin094 - dans Régimes spéciaux
commenter cet article

commentaires

Annis 06/07/2015 17:08

Pour les salariés à temps partiel, le Smic est calculé en fonction du nombre d'heures travaillées par semaine. Dans un premier temps, il faut multiplier le nombre d'heures travaillées chaque semaine par le montant du smic horaire. Il faut ensuite multiplier le montant obtenu par 52 (nombre de semaines sur l'année) puis le diviser par 12 (nombre de mois par an) pour obtenir le montant mensuel du smic correspondant à la durée du temps partiel.

michael 06/10/2007 13:09

Suite à la publication de ce tableau DARES, je suis allé voir ce que concrètement cela représentait.... Or avec des chiffres réels de carrière (40 annuités à 60 ans), le site de simulation  m'indique 58% de taux de couverture là où le tableau donne 72%... J'aimerais bien que ce soit vrai.... Etant non titulaire de l'Etat depuis 22 ans dans un EPA avec un statut riquiqui, le taux de couverture apparait inférieur de 2 points à la simulation réalisée en statut totalement privé...
Un comparatif des conditions pour atteindre 40 annuités pour le privé d'une part et les 371/2 à la SNCF devrait révéler quelques paradoxes...
Quant à l'efficacité du Privé par rapport à celle du service public, parlons de la question du plantage des composteurs... c'est un autre sujet.
 

Pingouin094 07/10/2007 20:29

J'irais faire un tour sur le site de la Dares. J'en profite pour faire une remarque sur les composteurs : c'est une société privée qui les ont conçus.
Certes, la SNCF n'a pas sû s'assurer que son sous-traitant faisant un travail de bonne qualité, mais tu ne peux pas prendre cet exemple comme exemple de la meilleure qualité du privé.

toph 15/09/2007 13:18

Très intéressant ta contribution au débat. Surtout qu'il faut beaucoup chercher pour trouver ce genre de comparaison dans la presse.Ce qui manque je pense, ce serait des citations à des travaux sur le sujet. Parce qu'il est difficile de tout baser sur la lecture d'un seul tableau ou graphique.