Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 22:57

Ce texte circule sur le net. Je n'en connais pas l'auteur mais le trouve intéressant, alors je le reproduit ici :

Travail d’écriture. Imaginez la lettre que pourrait écrire aujourd’hui Guy Môquet : 

 

Chers enfants de France,

J’avais seulement 17 ans quand Vichy m’a livré aux balles allemandes. Et j’espérais alors que ma mort serve à quelque chose.

À quelque chose, pas à quelqu’un.Pas à un homme qui envoie la police arrêter des enfants dans les écoles. Qui invoque Jaurès, défenseur des mineurs grévistes de Carmaux, et veut étouffer le droit de grève. Qui invoque Blum, l’homme des quarante heures et des congés payés, et rêve de rallonger la durée du travail.

Cet homme veut qu’on aime la France et qualifie de « racaille » une partie de ses enfants. Il se dit du côté des petites gens, de ceux qui paient leur ticket de transport, et dès qu’il est élu, se fait offrir des voyages en jet. Ses discours dégoulinent d’émotion et d’amour, mais il se nourrit des haines et de la politique des boucs émissaires. Il se prétend homme d’ordre, et c’est depuis cinq ans l’homme des désordres, de la brutalité et du cynisme.

Aujourd’hui c’est à mon nom qu’il s’en prend. Un nom que je vous ai laissé comme symbole de dignité, de courage et de résistance. Voilà que cet homme, qui n’a jusqu’ici incarné à mes yeux que le déshonneur de la France, voudrait se refaire une réputation en détournant, kärcherisant l’histoire et le sens de mes combats. Croit-il pouvoir impunément annexer à son compte les morts ? Croit-il pouvoir impunément, après mon élimination physique, liquider à son tour ce que fait vivre ma mémoire 

Qu’il se camoufle derrière les grands mots, se drape de grandes valeurs, fasse sien le sacrifice et le courage des autres. Dans le fond, les Tartuffe n’ont qu’une morale, celle de leurs appétits.

Il ne nous appartient pas de les faire taire, mais il dépend de nous, de vous, enfants de France, d’ouvrir vos yeux et ceux de vos proches. De faire que l’on ne m’assassine pas une seconde fois.

Ensemble, soyez fort, ne craignez rien. Courage !

Votre Guy Môquet qui est des vôtres et vous aime.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

arnodu 30/05/2007 11:02

En ces temps où démagogie rime souvent avec sensiblerie, voici un article qui replace les événements douloureux de notre histoire dans leur véritable contexte.http://www.historia-nostra.com/index.php?option=com_content&task=view&id=582&Itemid=60