Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 20:33

            Ce ne sont bien sûrs que des gestes purement symboliques, néanmoins je rejoins ceux qui sont troublés par certains des premiers et symboliques gestes du nouveau chef de l’état.

 

             En chemin pour la place de la Concorde où l’attendait ses partisans pour fêter sa victoire, Nicolas Sarkozy s’est arrêté au Fouquet’s. D’après l’édition du Canard Enchaîné de ce jour, il semblerait que ce soit pour y fêter son élection en compagnie d’intimes, appartenant tous au monde de la haute finance, comme Martin Bouygues (TF1, Bouygues Telecom, Bouygues Travaux Publics, Astom etc///), Vincent Bolloré (Havas, Institut de sondage CSA, Direct TV, journaux gratuits), Alain Minc (président du conseil de surveillance du Monde)

            Nicolas Sarkozy a préféré fêter sa victoire en premier lieu avec les grands capitaines de l’industrie française dans l’un des plus chics restaurants parisien et en second lieu seulement avec le peuple, place de la Concorde.

 

             On se souvient encore de Nicolas Sarkozy en visite dans une usine tandis que Ségolène Royal et François Bayrou débattait dans un grand hôtel parisien. « Mon hôtel, c’est ici » déclarait l’alors candidat. L’hôtel du nouveau président de la république, c’est la suite présidentielle du Fouquet’s, à 8 500 € la nuit, offerte il est vrai par le patron dudit hôtel….

 

             Puis Nicolas Sarkozy s’est envolé en Falcon privé (25 000 € de l’heure selon le canard enchaîné) pour l’île de Malte, ou il a embarqué à bord d’un yatch privé (180 000 € la semaine, toujours selon le Canard Enchaîné), l’addition étant à chaque fois payé par l’homme d’affaire Vincent Bolloré. Certes, cela n’a pas coûté un centime à la République, néanmoins, pour celui qui parlait d’humilité et de réduire le train de vie de l’état, ces gestes sont symboliques.

 

             Elu depuis moins d’une semaine, Nicolas Sarkozy a donc bénéficié de plus de 100 000 € d’avantages en nature offert par les grands capitaines de l’industrie. Mais de tels cadeaux peuvent-ils être gratuits  ? Ne demanderont-ils pas un jour un certain renvoi d’ascenseur  ? Accepter de tels cadeaux est-il déontologiquement acceptable pour le président de la république, garant de l’impartialité de l’état  ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires