Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 22:39

 Je laisse aux médias, qui en ont amplement débattu, le soin de tenter de rendre compte, forcemment de manière subjective, de l'impression générale du débat qui a opposé les deux candidats, M. Sarkozy et Mme Royal. Je ne peux cependant m'empêcher de commenter certaines des déclarations du candidat de l'UMP :

"La question de la fiscalité, ce n'est plus une question gauche-droite" : Tout au contraite, la fiscalité est au coeur du débat gauche droite. Oui, l'état français est très fortement endetté et manque de moyens financiers pour impulser des politiques fortes
. Mais d'un point de vue plus global, la France est la 6e puissance économique mondiale, nombre de ses entreprises sont parmis les leaders mondiaux de leur domaine (Airbus, Eurocopter, Renault, Peugeot, Total, Carrefour ...), et les 40 plus grandes entreprises privées ont généré plus de 100 milliars d'Euros de bénéfice en une année, supérieur au coût des programmes des différents candidats sur 5 ans.  Des marges de manoeuvres existent bel et bien. Pour plus de détail, Cf. l'article de ce blog "des moyens pour une autre politique, il y'en a"
 Alors oui, la fiscalité est une question "gauche droite". Faut-il taxer les revenus du capital (transaction financière, dividende des actions boursières), faut-il imposer des taxes spécifiques aux entreprises bénéficiaires qui licencient ? Ces questions, posées par la gauche antilibérale et notamment par M.G Buffet ne sont pas anachronique. Y répondre, c'est se positionner à gauche ou à droite de l'échiquier politique.

"La Turquie est en Asie Mineure" :   C'est un peu court. Certes, seulement 4% du territoire Turc se trouvent en Europe, mais ces 4% contiennent Istambul, la capitale économique du pays. Istambul qui fut autrefois Constantinople et Byzance. M. Sarkozy rejette en dehors de l'Europe la ville qui fut la capitale de l'Empire Romain d'Orien, l'un des phares de la civilisation chrétienne du moyen-âge et le berceau de la religion orthodoxe.

 "Quand on aura amené le problème Kurde en Europe, aura-t-on fait avancé le problème ?":  Il serait bon de demander à nos voisins européens ce qu'ils pensent de la question de l'indépendance de la nouvelle calédonie, qui a aussi été amené en Europe. Ou des problèmes de la Guyane, de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Réunion, de Wallis et Futuna, Saint Pierre et Miquelon, Mayotte etc...

"La France ne peut pas acceuillir toute la misère du monde ": Quelle belle phrase, à laquelle on ne sait que répondre. Sauf que son auteur originel est M. Rocard, en 1990. et que la suite de la phrase est  "mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part". Une suite que M. Sarkozy semble avoir oublié.

Les vrais chiffres du Nucléaire : La blogosphère a été très agitée jeudi matin, à propos des chiffres du Nucléaire. Qui est l'incompétant(e) qui ne connaît pas ses chiffres et ses dossiers ? Alors, rappelons les vrais chiffres :

  • 85.7% : Part de l'énergie nucléaire dans la production d'électricité d'EDF/GDF.
  • 78% : Part de l'énergie nucléaire dans la production d'électricité en France (EDF n'est pas le seul producteur d'électricité en France)
  • 50 %: Part de l'énergie nucléaire dans la consommation d'électricité en France (La France exporte son électricité - d'origine nucléaire - notamment aux allemands qui ont arrêté le nucléaire dans leur pays). Chiffre de M. Sarkozy.
  • 17 % Part de l'énergie nucléaire dans la consommation d'énergie en France. (L'électricité n'est pas la seule source d'énergie, il y'a aussi par exemple la consommation de pétrole pour les véhicules automobile). Chiffre de Mme Royal.

 Bref, tout le monde avait raison et personne n'a été incompétent. Ah si, peut-être nos chefs journalistes PPDA et Chabot ? N'est-ce pas le rôle du journaliste politique de remettre à sa place l'homme politique quand il affirme des contres-vérités, ou dans le cas présent de remettre de l'ordre dans un débat où personne n'écoutait la (bonne) réponse de l'autre, tant il voulait persuadé l'auditeur que l'autre avait trébuché.

Partager cet article

Repost 0

commentaires