Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 20:33

Lettre ouverte à Mme Parisot, Présidente du Medef

Mme la Présidente du Medef,

   Dans votre discours de présentation du livre blanc du Medef pour la présidentielle 2007 intitulé "Besoin d'Air", le 25 janvier 2007, vous prenez la liberté de citer Jean Jaurès, dirigeant historique du socialisme français dont nul ne peut envisager sérieusement que vous partagez les valeurs et les idées.

Pour s'en convaincre, il suffit de se demander comment décliner à la société actuelle la citation de Jaurès que vous avez prononcé dans votre discours pour constater que l'idéal du chef d'entreprise que loue Jaurès n'est en rien comparable aux idées développées dans votre livre blanc.

 

   « Est un chef celui qui procure aux autres la sécurité en prenant pour soi les dangers » citez-vous. Et bien, je vous prends au mot, Mme Parisot ! Si les chefs d’entreprise « procuraient la sécurité » aux salariés en réhabilitant le CDI et en ne rechignant pas à payer les cotisations patronales qui financent la sécurité sociale, l’assurance chômage et les retraites, alors je pourrais avoir du respect pour les chefs d’entreprises.

   Si les chefs d’entreprises « prenaient pour eux le danger » en renonçant aux parachutes dorés et autres stocks options qui leurs apportent la sécurité après avoir ruiné leurs entreprises alors je pourrais avoir du respect pour les chefs d’entreprises.

   « Est respecté celui qui, volontairement, accomplit pour les autres les actes difficiles ou dangereux » dit encore Jaurès dans le discours que vous lui empruntez. Vous réclamez le respect pour les chefs d’entreprises, alors accomplissez vous-même des actes difficiles propres à réduire le chômage, plutôt que de demander heures supplémentaires aux salariés et réductions de charges à l'état.

 

   Vous citez Jaurès Madame, mais vous n’appliquez pas un mot des paroles que vous lui empruntez et nul ne peut croire que son idéal puisse rejoindre de quelques manières que ce soit le vôtre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

O'Neal 24/03/2007 11:03

SVP, ne pas toujours confondre le CAC 40 et ses dérives (40 entreprises) et les millions d'entreprises àcôté, dans lesquelles effectivement l'entrepreneur peut porter ce nom fièrement vu les risques qu'il prend  : risque social, technique, industriel, écologique, toutes sortes de responsabilités...Il est souvent caution perso sur sa maison, celle qui abrite ses enfants, pour pouvoir emprunter, grandir et créer des emplois....C'est du réel, du vécu, de la réalité concrète, c'est courant....Et il n'y pas de parachutes dorés en cas de faillite !!
Il est certain que l'éducation nationale n'évoque jamais ces points (dans quels cours ? ) et au contraire stigmatise les 40 du cac, qui sont d'un autre monde pour les entreprenuers du réel et du quotidien. Si après on devient fonctionnaire, (utiles comme service public au service des particuliers et des entreprises) comment alors comprendre l'entreprise et sa réalilté, celle d'aujourd'hui et qui reste toujours celle de Jaurès ! l'entrepreneur qui entreprend, prend des risques, souvent personnels, existe.  millions d'entreprises cérées sur les 5 dernières années, aucune n'est au cac 40 ! 20 % ont disparu ou vont disparaître, sans parachutes. L'emploi salarié a augmenté en FRance en 2006 !
Vive l'entreprise et ses hommes, entrepreneurs et salariés qui la font vivre !

Pingouin094 30/03/2007 17:37

Tu n'as pas tort, néanmoins, quand Laurence Parisot, 276ème plus grande fortune française (par héritage), PDG de l'IFOP et présidente du MEDEF parle, au nom de qui parle-t-elle, quels intérêt représente-t-elle ? 
Son monde à elle, c'est celui des grandes entreprises et de la haute finance, c'est de ce monde là dont elle parle et c'est ce monde là que je critique.

la France qui perd et qui branle rien. 29/01/2007 22:53

non mais l'autre, t'as rien compris du tout. Jaurès c'est pas du tout celui que tu croies. T'as confondu.Jaurès, c'etait un entrepreneur, un gagneur, un type qui faisait progresser la France, pas un fainéant ou pire un socialiste.D'ailleurs Sarkozy en parle très bien dans son dernier discours, il  le cite plein de fois, ça peut pas être un bon à rien.Laurence a dû lire le dire dans le discours de Sarko et en déduire que Jaurès était un type bien. La prochaine mode lancée par Sarko dans un discours, ce sont les citations de Blanqui, effet patronal assuré !