Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 13:46

L’UMP arrive en tête avec 28% des suffrages exprimés, soit 11% du corps électoral. Pour la droite, il ne devrait pas y’avoir de quoi se féliciter, à double titre.

 11% des électeurs qui se déplacent pour soutenir le parti du président de la république, c’est tout sauf la preuve d’un engouement populaire pour son bilan, européen ou national (cf. article précédent)..

 L’UMP rassemble la quasi-totalité de la droite. Une droite unie totalise plus de suffrage que chacune des parties de la gauche, prise séparément, cela n’a rien de surprenant ni d’extraordinaire. Pour analyser le score de l’UMP, il faut faire d’autres comparaison : le score additionné du PS et d’Europe Ecologie est supérieur à celui de l’UMP (33% contre 28%). Le score additionné de l’ensemble de la gauche est supérieur à celui de l’ensemble de la droite (46 % pour la gauche de LO au PS, 39% pour la droite de l’UMP au FN). L’UMP fait moins que la somme des partis de centre gauche (PS, vert) et la droite fait moins que la gauche. L’UMP ne devrait pas se réjouir d’un tel scrutin.

 

Le PS, les Verts, le Modem ne peuvent à mon sens être analysés distinctement. Le parti présidentiel ne rassemble pas une majorité de français. Une grande partie du corps électoral se trouve donc dans un centre mou, plutôt de gauche par opposition à une droite au pouvoir. Un électorat que se partage le PS, le Modem et Europe Ecologie. Les faibles scores du PS et du Modem ne peuvent s’analyser autrement que par la « vampirisation » de leur électorat par Europe Ecologie.

Est-ce une vampirisation pérenne et l’établissement d’un rapport de force nouveau ? J’en doute. Les français voient mal quel est l’impact de l’UE sur leur vie quotidienne. Par contre, ils perçoivent le besoin d’une autre politique écologique au niveau mondial. Voter écologiste aux élections européennes, ça permet d’agir au niveau mondial pour « sauver la planète », sans grande conséquence sur la vie quotidienne, où le rôle de l’UE est mal perçu.

Les verts sauront-ils persuader les français que l’Ecologie se joue aussi au niveau régional, et les français n’y verront-ils pas d’autres enjeux bien plus proche de leurs préoccupations quotidiennes ? Rien n’est moins sûr.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent MELY - dans Elections Européennes
commenter cet article

commentaires