Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 20:55

Premier succès : les 6 000 personnes au Zénith pour le lancement national du Front de Gauche. Un succès parce que 6 000 militants et sympathisants du PCF, du PG et d’ailleurs ne se seraient pas déplacés avec tant d’enthousiasme s’ils voyaient dans le Front de Gauche un « simple coup électoral », une alliance de partis aux sommets. En voyant la foule scander « unité, unité » on ne pouvait pas douter qu’elle ne scandait pas un slogan éphémère pour les seules élections de juin prochain, mais appelait de ses vœux une union plus large et pérenne, pour les européennes, les régionales et plus si affinités.

A eux seuls, les 6 000 militants et sympathisants du Zénith ont constitué un démenti cinglant aux propos d’Olivier Besancenot légitimant son refus de rejoindre le Front de Gauche par la crainte qu’il ne soit pas durable et s’achève par un retour dans le giron du PS aux régionales de 2010.

 

Deuxième succès : l’arrivée dans le front de gauche d’une partie du NPA, représentée au meeting par Christian Piquet dont le discours fut extrêmement applaudit.

Le Front de Gauche ne saurait être un tête à tête entre un « vieux » PCF qui cherche à enrayer son déclin et un « jeune » PG en quête d’un appui pour prendre son essor. Le Front de Gauche n’a de sens que s’il rallie largement dans toute la gauche anticapitaliste. L’arrivée de Christian Piquet, d’une partie du NPA, les discussions en cours avec les Alternatifs, le MRC et d’autres groupes et mouvements sont nécessaires pour faire de ce front plus qu’un symbole mais bien la réalité de l’union tant attendue de la gauche anticapitaliste.

 

Troisième succès : et le plus important à mes yeux : la présence à la tribune de nombreux militants associatifs, syndicaux, du mouvement social. Safia Lebdi, cofondatrice de l’association « Ni Putes, Ni soumises » avec Fadela Amara, Didier Lereste, secrétaire général de la CGT cheminot, Antonio De Almeida délégué syndical européen chez Renault, Hélène Franco, vice-président du Syndicat National de la Magistrature, des représentants des enseignants chercheurs, de l’éducation nationale, tous ont dit que leurs combats associatifs et syndicaux nécessitaient un relais politique. Ce relais, ils espéraient l’obtenir en s’engageant dans le Front de Gauche.

En Guadeloupe, en Martinique, à la Réunion, les collectifs qui se sont constitués allaient au-delà d’une simple unité syndicale pour regrouper syndicats, associations et partis politiques. En Bolivie, le MAS qui a porté le premier président indigène au pouvoir était aussi un collectif d’associations et de syndicats auquel un parti politique a prêté son nom. Cette démarche d’union large, non seulement des partis politiques, mais aussi du monde associatif et syndical est à mon sens la seule qui puisse permettre un changement profond de la société. Le Front de Gauche a fait un premier pas dans cette direction.

 

Trois succès donc, qui indiquent, qui laissent espérer un bel avenir au Front de Gauche ! Réponse le 7 juin...

Partager cet article

Repost 0
Published by Pingouin094 - dans Elections Européennes
commenter cet article

commentaires