Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 09:59

 A 76%, les délégués du NPA ont donc voté pour un « front de gauche durable ».

 

 Dans la forme,  c’est une façon de dire « non » à la proposition d’un « front de gauche » du PCF et du PG : On dit « oui », mais on pose des conditions que l’on sait être inacceptable pour l’autre. En l’occurrence, exiger du PCF qu’il refuse une alliance avec le PS aux régionales de 2010.

 

 Pourtant, sur le fond, le NPA a partiellement raison. Si le PCF a perdu en crédibilité ces dernières années – décennies, c’est notamment en raison de ses alliances répétées avec le PS. Comment être crédible en disant que le capitalisme n’est pas moralisable et pas réformable, qu’il faut le remplacer tout en s’alliant à ceux qui disent exactement le contraire : le capitalisme peut-être moralisés, il faut seulement le réformer pour qu’il soit plus humain, et qu’il n’est plus question de le dépasser ? L’ancrage à gauche du PS par le PCF, je pense que plus personne n’y croit encore…

Une distanciation du PCF vis-à-vis du PS est sans nul doute nécessaire. Mais jusqu’où ? La question mérite d’être posée.  Des mairies avec un maire communiste sont dirigées avec l’aide du PS. Faudrait-il au nom d’une non-alliance avec le PS au second tour laisser la droite emporter ces villes à la faveur d’une triangulaire ? Mettre volontairement mes concitoyens à la « merci » d’un maire de droite dans ma ville au nom de l’absence de « compromission », c’est sans doute aller un peu loin dans l’idéalisme politique. Et lorsqu’une équipe municipale a travaillée ensemble pendant plusieurs années, adjoints PS et PCF gérant conjointement la ville, faut-il leur demander de se dissocier en deux listes distinctes ? Comment les électeurs peuvent-ils comprendre que leurs maires adjoints hier associés se déchirent  aujourd’hui ?

 La réponse est vraisemblablement différente entre une ville de 1500 habitants et une région entière. Mais la question est du moins suffisamment complexe pour mériter un long débat, à l’aune d’expériences et de cas concrets, et mérite de ne pas être tranchée par des formules à l’emporte-pièce.

 

 Néanmoins, sur la forme, le NPA a tord. Il a tord car s’il était honnête et sincère dans sa volonté d’alliance, il essaierait de convaincre son partenaire. Convaincre le PCF de la justesse de ses positions, ça veut dire prendre le temps de la discussion, accepter d’avancer par étape.

 Si sur le fond, il peut-être effectivement souhaitable que le PCF présente des candidats indépendants du PS au premier tour des régionales de 2010, la meilleure manière d’y parvenir n’est certainement pas de le poser en préalable aux élections européennes. Le PCF peut-il « lâcher la proie pour l’ombre » et renoncer à ses acquis électoraux au profit d’une union qui n’a jamais fait ses preuves et peine tant à se mettre en œuvre ? Non, c’est dans la durée qu’une telle union peut se construire.

 D’abord une union aux européennes, qui si ces élections sont un succès pourrait conduire le PCF à ré-envisager sa stratégie pour les régionales. Voilà ce qui aurait démontrée une véritable volonté du NPA de créer les conditions d’un large et durable rassemblement de la gauche anticapitaliste.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pingouin094 - dans Elections Européennes
commenter cet article

commentaires

nina 15/02/2009 17:30

Voilà ce qu'on peut faire quand on se rebiffe et je le conseille à chacun qui peut avoir des ennuis avec ce gros connard de sarkozy ou sa clique de clowns de flics minables : je suis en train de régler un petit problème du genre détail avec cette grosse tache de si peu président de la république Française, en lui envoyant un avocat pour mises sous surveillance illégales, lynchage et plagiat. Avis à la population et merci pour l espace d'expression. Voilà, ceci est également une tentative de gros scandale public parce que ça calme pas mal les gros connards.