Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 22:24

Le congrès fédéral du PCF du Val de Marne, qui doit préparer le congrès national du PCF de des 11 au 14 décembre a eu lieu ce week-end, les 5, 5 et 7 décembre. Ce congrès fédéral me laisse un goût amer.

 

 Je serais bien incapable de synthétiser les débats de ces deux jours, tant ils m’ont paru insignifiant, ayant pour but d’amender des bouts de textes sans que cela ne s’inscrive dans un débat d’ensemble sur de grandes orientations politiques. Globalement, ce week-end de débat confirme mon analyse première : ce congrès est dans la continuité des précédents, et au-delà des formules incantatoires, n’amène aucun changement, aucune remise en cause, aucune orientation politique nouvelle. Je n’en commenterais que les deux points qui m’ont semblés les plus importants :

  • La création de liste d’union, un front de gauche, aux élections européennes de juin 2009 sur la base du « non » au traité de Lisbonne fait consensus ; pour l’immense majorité des communistes, si le Parti de Gauche de Mélenchon et consort veut nous y rejoindre, il y est le bienvenu.
  • Le congrès fédéral à souhaité que réapparaisse clairement la notion de « visée communiste » dans le texte du congrès et pour cela annexé au texte du congrès le texte éponyme issu du 33ème congrès (il y’a 3 ans).. Il est positif que le PCF affiche clairement qu’il a pour but de dépasser le capitalisme, et pour horizon le communisme. Il est dommageable que cela se soit fait sur la base d’un retour au texte du congrès précédent. Cela démontre, s’il en était encore besoin, que ce congrès est avant tout celui de la continuité.

 

Enfin, je voudrais revenir sur un point qui m’a profondément attristé et m’amène à douter fortement que le PCF puisse un jour intégrer de véritables pratiques de démocratie interne.

 (En aparté, à l’usage d’un lecteur qui ne sera pas adhérent du PCF, je veux rappeler comment se déroule le processus de désignation des candidats au sein de ce parti : Les différentes sections locales font des propositions de candidats pour le conseil fédéral (direction du PCF au niveau du département). Une « commission des mandats » composée de l’exécutif sortant et de représentants de chaque section examine les candidatures pour constituer une liste unique, de consensus. Cette liste unique de consensus est ensuite soumise au débat et au vote des délégués au congrès. Les statuts prévoient que s’il ne peut pas y’avoir de  consensus, alors deux listes différentes s’affrontent.)

 Lors du débat sur les candidatures, 3 noms non retenu par la commission des candidatures sont apparus. Et le débat fut surréaliste : Puisque nos statuts ne permettent pas de remplacer des noms sur la liste présentée par la commission, il a fallut inventer des circonvolutions pour contourner les statuts sans les violer. Avec 3 noms faisant débats, pour des raisons différentes et sans qu’ils ne soient réunis par une même orientation politique, il était bien entendu impossible de constituer une liste alternative de quelques 80 noms. On pouvait alors voter pour ajouter des noms à la liste de consensus, mais la parité oblige, il fallait alors rajouter autant de femmes qu’on voulait rajouter d’hommes ou alors supprimer autant d’hommes. Bref, des effets de ricochets sur des personnes sans rapport avec le fait de vouloir apporter telle ou telle candidature. Ce qui a démontré que nos statuts n’ont pas été pensés pour qu’une assemblée puisse, à l’issue d’un débat, voter d’une manière différente de ce que la commission lui a soumis. C’est, résumé en peu de mots, ce que signifie « démocratie interne » au PCF.

 Après deux heures de débat, j’avoue être parti au milieux de la farce, et sans remord. Quel que soit l’artifice technique finalement trouvé, je n’avais pas envie de participer à une telle absurdité.

 

 En résumé, notre parti s’engage dans un congrès qui promet d’être celui de la continuité, structuré par des règles de fonctionnement qui en dehors de la bonne ou de la mauvaise volonté des équipes dirigeantes ne permettent pas l’expression de la démocratie interne. Difficile alors d’être optimiste.

 

 J’espère pourtant qu’au-delà du texte, et malgré la méthode de désignation, il sortira quand même de cela des personnes capables de représenter le parti, de créer une dynamique forte au parti, mais si cela arrive, ce sera malgré beaucoup d’obstacles. Gardons quand même un peu d’espoir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pingouin094 - dans Congrès PCF
commenter cet article

commentaires