Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 18:11

Me définissant comme anticapitaliste, je n’ai pas beaucoup d’estime pour la Bourse. Mais –hélas- fermer celle-ci du jour au lendemain n’est pas une solution réaliste. Le système capitaliste existe, on peut dire qu’il faut le changer, on peut vouloir le changer, mais il faut être conscient que cela ne se fera pas en une nuit, et qu’il y faut des étapes.

Alors, quelle étape pour sortir de la crise qui soit aussi un pas pour sortir du capitalisme ?

« Le crédit », propose le PCF. L’encours du crédit en France est de 1800 milliards, soit 5 fois le budget annuel de l’état (350 milliards). C’est dire en peu de mot l’impact du crédit sur l’économie, et comment une réforme du crédit peut modifier en profondeur l’économie.

Le crédit, c'est-à-dire prêter contre des intérêts, c’est aussi un des fondements du capitalisme, plus encore que la propriété privée des moyens de productions. De l’esclavagisme au féodalisme, bien avant le capitalisme, les moyens de productions ont toujours été privés. Mais l’usure, le prêt contre intérêt n’appartient qu’au capitalisme. Le réformer, c’est toucher en profondeur au capitalisme, et c’est pourtant faisable dans la société actuelle, dès à présent, même dans un monde « global », « mondialisé », et libéral.

Le cœur de la proposition du PCF, c’est de mettre en place par la puissance publique un crédit sélectif : un crédit à bas taux d’intérêt pour les prêts socialement utiles, créateurs de richesses et d’emplois, un crédit à taux d’intérêt élevé pour les prêts socialement coûteux ou inefficace (rachat et fusion d’entreprises amenant à une destruction d’emploi, spéculation boursière et autre). Et cela peut être fait dès aujourd’hui, même

Les Régions, aujourd’hui largement dominée par la gauche, peuvent appliquer immédiatement une telle mesure. Sans être richissime, les régions disposent d’une manne monétaire permettant de définir des priorités, et ne manquent pas, dès à présent d’attribuer des subventions pour favoriser l’emploi. Il leur est possible de mettre en place des lignes budgétaires pour mettre en place un crédit sélectif, à bas taux pour des projets favorisant l’emploi et la création de richesse.

Mais l’état pourrait bien mieux mettre en place ce crédit avec une toute autre puissance. Il redistribue chaque année 65 milliards d’euros aux entreprises en allégement de charge. Cette somme pourrait aller toujours vers les entreprises, mais sous une autre forme : le crédit sélectif. Ce peut être sous la forme d’un pôle publique, adossé à la Caisse des Dépôts et Consignation, les caisses d’épargnes et les grandes entreprises nationalisées et financé par une partie des allégements de charge des entreprises.

Mais c’est surtout la Banque Centrale Européenne qui peut révolutionner le système. Car ce sont les Banque Centrale qui prêtent aux banques et qui peuvent créer de la monnaie. En ayant un taux directeur non pas fixe mais des taux directeurs sélectifs selon la nature du prêt, la Banque Centrale Européenne peut guider les politiques de prêt des banques sans même qu’il soit nécessaire de les nationaliser.

Et adossé au crédit sélectif, la création de monnaie peut être un levier formidable. Une création de monnaie qui ne créée pas de richesse dans l’économie réelle amène à de l’inflation. Mais une création de monnaie pour un prêt qui créée de la richesse dans l’économie réelle ne créée aucune inflation. Au contraire, cette augmentation de la masse monétaire reflète la réalité de l’augmentation de la richesse du pays. Combiné au crédit sélectif, la création de monnaie peut être un levier efficace, puissant et non créateur d’inflation.

Voilà quelles sont les propositions du PCF. Des propositions réalistes, qui peuvent être mis en œuvre à tous les échelons, de la région à l’UE, dans la société actuelle, et qui touchent à la nature même du capitalisme financier, et seraient des premiers pas réels et concrets pour en sortir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pingouin094 - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires