Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 22:58

« Enfin » dirais-je !

Depuis 2005 et la campagne du « Non » au référendum, je m’étonnais que le Parti Socialiste n’ait pas scissionné sur ce qui était pour moi une ligne de fracture indépassable. Je pensais qu’il ne l’avait pas fait parce qu’il ne se trouvait aucun dirigeant de ce parti prêt à quitter les avantages qu’offre un parti puissant pour l’inconnu de fonder un nouveau parti.

Après bien des hésitations, fort bien expliquées d’ailleurs dans son livre « En Quête de Gauche » que je recommande vivement, Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez ont osé franchir le pas. Et je les en félicite !

Le PCF, avec le poids de son histoire n’est –hélas- pas une alternative crédible pour les militants et sympathisants socialiste qui n’acceptent pas le virage au centre-gauche que Ségolène Royal, mais aussi à leurs manières Bertrand Delanoë et François Hollande sont en passe d’imposer au Parti Socialiste.

Je ne suis pas un intégriste d’une doctrine ou d’une autre, incapable de compromis au nom de mon « idéal révolutionnaire ». Bien au contraire, je veux qu’émerge, sous une forme ou une autre, une force politique capable de rompre avec le capitalisme, comme cela est en train d’avoir lieu en Amérique Latine. Pour cela, je crois qu’il faut en France, un nouveau parti, clairement anticapitaliste, à vocation majoritaire, capable de bâtir son idéologie sur la réalité du XXIème siècle, de tirer les leçons du passé –bonne ou mauvaise- mais sans nostalgie.

Le congrès du PCF n’a pas encore eu lieu, mais on est en droit de craindre qu’il ne sera pas celui de la refondation, celui que j’appelle de mes vœux.

Le Parti de Gauche peut-être ce parti là, ou du moins une de ses composantes. Je voudrais y croire. Hélas, les dirigeants du PS m’ont trop souvent déçu pour que je donne à nouveau un blanc seing à l’un d’entre eux, fut-il démissionnaire.

Les élections européennes seront pour moi une étape importante. Sera-t-il possible de constituer un front uni de la gauche anticapitaliste sur ce qui la rassemble le plus aisément : le « non » au traité de Lisbonne ? Comment se positionneront le PCF, le NPA et le « Parti de Gauche »? Comment travaillerons nous ensemble ? Le rassemblement antilibéral à échoué… Pourtant la constitution d’une force anticapitaliste massive et capable de gouverner reste un objectif. Le « Parti de Gauche » peut-il être le catalyseur qui permette de constituer cette nouvelle force ?

L’avenir nous le dira. Quoi qu’il en soit, la naissance du « Parti de Gauche » est un événement qui peut faire bouger des lignes autrement figées, c’est pourquoi je lui souhaite la bienvenue en espérant qu’il ne nous déçoive pas.

Partager cet article

Repost 0

commentaires