Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 21:58

Jean Luc Mélenchon, entretien avec Michel Soudais, aux éditions Balland. Sept 2007.

 

Dans cet ouvrage, Jean-Luc Mélanchon revient sur la défaite du PS et de la gauche lors des élections présidentielles de 2007. Elections « imperdable… sur une ligne de gauche », mais qu’il était « impossible de gagner » « avec la ligne politique que défendait Ségolène Royal ». Jean-Luc Mélanchon explique pourquoi.

Je ne partage bien évidemment pas toutes les analyses de Jean-Luc Mélanchon, et notamment son éloge du gouvernement Jospin. Mais ce qui fait la force de ce livre, c’est la qualité de l’analyse, la précision du détail et la mise en perspective dans la politique mondiale. Cela en fait un livre riche en enseignements, non seulement pour les sympathisants du PS qui ne se reconnaissent pas en Ségolène Royal, mais surtout pour tous ceux qui partagent des valeurs antilibérales ou anticapitalistes. Pour ceux qui se définissent à gauche du PS, la description par un dirigeant du PS du virage vers le centre de ce parti est incontournable.

 

Dans une première partie de son ouvrage, Jean-Luc Mélanchon explique en quoi selon lui la « social-démocratie » telle que le PS l’a incarné pendant des décennies est à bout de souffle. Il puise ses exemples en France, mais surtout chez les sociaux démocrates étrangers : en Angleterre et en Allemagne notamment, mais aussi dans les pays nordiques dont le modèle est si souvent décrit avec admiration. A chaque fois, sous l’apparence, on voit que le modèle proposé est en faillite : destruction du code du travail en Allemagne par le plan Hartz IV, maquillage des chiffres du chômage en Angleterre ou au Danemark (10% de la population active y est considéré comme invalide et donc exclu du marché du travail) etc…

 

Dans une seconde partie de son ouvrage, la plus instructive à mes yeux, Jean-Luc Mélenchon montre le glissement du PS, et de l’ensemble des partis sociaux-démocrates d’Europe vers une ligne « démocrate » au sens américain du terme. Une politique incarnée par Ségolène Royal, mais théorisée par François Hollande depuis prêt de vingt ans, et mise en œuvre au sein du PS à petite touche depuis que celui-ci en est le premier secrétaire. La description est fine, minutieuse et imparable.

 

L’analyse de la campagne présidentielle elle-même, troisième partie de l’ouvrage, n’en est pas le passage le plus fort à mes yeux. La stratégie et le positionnement politique « au centre » de Ségolène Royal y sont décortiqués avec attention et montrent qu’il s’agissait pour Ségolène Royal d’une volonté assumée de faire glisser le PS vers un positionnement centriste, démocrate à l’américaine et non un « amateurisme » comme cela lui fut parfois reproché.

 

Enfin, le livre se termine par des perspectives pour la gauche. Jean-Luc Mélenchon est, au sein du PS, l’un des plus à gauche, l’un des plus proches de la mouvance antilibérale, et c’est à eux essentiellement que s’adresse ce dernier paragraphe, des sympathisants PCF à ceux de la LCR, en passant par les altermondialistes. Abordant brièvement l’échec d’une candidature unique de la gauche antilibérale, le livre cherche des pistes pour construire cette unité. Il regarde notamment ce qui se fait en Allemagne, avec « Die Linke » parti en pleine progression électorale, mais aussi la réussite de la gauche sud américaine, qui s’est faite sur les décombres des anciens partis sociaux-démocrates J’en retiens deux idées fortes, même si tout le paragraphe est à lire :

Ce qui a fait l’unification, que ce soit au sein de « Die Linke » ou dans les mouvements sociaux sud américain, ce fut l’action et non l’élaboration du programme, quand l’inverse fut fait en France. Enfin encore, ces mouvements ont réussit en respectant les identités de chacun. C’est, je crois, les pistes qu’il nous faut emprunter pour réussir en France : dans l’action, côte à côte, et en respectant l’identité de chaque formation politique, comme ce fut fait avec succès lors du « Non » et referendum et comme ce ne fut pas fait, avec les conséquences que l’on sait, lors des élections présidentielles.

 

Bref, un livre que je recommande chaudement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pingouin094 - dans Culture
commenter cet article

commentaires