Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 22:27
Du plan banlieue annoncé par le président de la république et sa ministre de la ville, je retiens trois éléments essentiels : un nouveau « contrait aidé », l’envoi de policiers supplémentaires et une enveloppe financière pour « désenclaver les banlieues ». Sur ces trois points je suis, pour employer un euphémisme, sceptique :
 
Le nouveau contrat aidé vient remplacer tous ceux qui l’ont précédés, et qui n’ont jusqu’à présent été qu’un sparadrap aidant ponctuellement certains de ses bénéficiaires mais ne résolvant aucun problème d’ensemble. Ce nouveau contrat est selon toute vraisemblance promis au même sort auquel il faut ajouter un point noir : Les jeunes auront un statut de stagiaire. Hors nul ne peut ignorer les abus qui sont commis quant à l’emploi des stagiaires, dénoncé jusque dans le si controversé rapport Atali. Ce statut laisse craindre le pire quant à la précarisation et l’absence de garantie de trouver un emploi par la suite de ceux qui en bénéficieront pour un salaire sans doute bien insuffisant pour subvenir à leurs besoins.
 
La présence de policiers supplémentaires n’est pas –à priori- une mauvaise chose. De nombreux maires de gauche le réclament, sous la forme de la défunte police de proximité. Mais leur efficacité dépendra des ordres qui leurs seront donnés. La « chasse au dealer » semble-t-il selon les propos tenus par Nicolas Sarkozy, et on peut aussi supposer que la chasse aux sans papiers ne sera pas en reste. De prévention, il n’en est pas question.
Pour éliminer les dealer, est-il plus efficace d’envoyer la BAC tout gyrophare hurlant ou bien de faire de la prévention. Quand un petit dealer de cage d’escalier est arrêté, combien de temps se passe-t-il avant qu’un autre prenne le relais. Pour lutter contre le traffic de drogue, il faut d’une part s’occuper des véritables trafiquants de drogues, ceux qui la font transiter depuis l’afghanistan, le maroc ou l’amérique du sud et d’autres part faire de la prévention : campagne anti-drogue, renforcer les services de l’aide social sont tout aussi important. Tant qu’il y’aura des clients, il y’aura des dealer, c’est ça aussi le marché si cher à Sarkozy. Alors, 4000 policiers pour traquer les trafiquants dans les quartiers suffiront-ils ? Pas sans une véritable politique de prévention dont il n’est pas question.
 
Enfin, Nicolas Sarkozy a promis 500 millions d’euros pour désenclaver les banlieues en 5 ans, soit 100 millions par an. Outre que ce budget sera pris sur le Grenelle de l’environnement et qu’il ne représente qu’1% du « paquet fiscal » de 15 milliards d’euros annuel, il faut savoir qu’une ligne de tram, c’est environs 150 millions d’euros par an.
Au mieux, le plan banlieue de Nicolas Sarkozy ne pourra « désenclaver » que 5 quartiers par an pendant 5 ans. C’est peu, bien trop peu…

Partager cet article

Repost 0

commentaires